Conseil des ministres inaugural : LES ATTENTES ET LES URGENCES

Le chef de l’Etat a engagé les membres du nouveau gouvernement à relever les défis, notamment ceux liés à la sécurité, à la paix et à la demande sociale
Que les lignes bougent ! Satisfaire la forte demande sociale et assurer la sécurité, ces deux points étaient au coeur des instructions du président de la République, Ibrahim Boubacar Keita, dimanche, au tout nouveau gouvernement conduit par le Premier ministre, Abdoulaye Idrissa Maiga.
C’est à 15 heures précises que le président de la République a fait son entrée dans la salle du conseil des ministres. Avec les membres du gouvernement debout, Ibrahim Boubacar a échangé des poignées de main chaleureuses dans une atmosphère décontractée.
Le conseil des ministres inaugural a démarré avec le discours introductif du président Keita qui a renouvelé sa confiance et ses vives félicitations à la nouvelle équipe. Ibrahim Boubacar Keita a, ensuite, en des termes clairs, instruit le Premier ministre et son gouvernement de travailler à mettre au dessus de tout « l’intérêt supérieur de notre pays et de nos concitoyens ». Il leur dira d’avoir à tout moment, et en toutes circonstances, « le souci du pays et l’acceptation de l’effort solidaire ». Le président Keita est conscient que « les épreuves et les difficultés » sont une réalité mais « les préoccupations sécuritaires et les fortes attentes de nos concitoyens » doivent impérativement trouver des solutions appropriées.
Le chef de l’Etat a instruit au chef du gouvernement de tout mettre en œuvre pour honorer les engagements de l’Etat du Mali dans la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation. Reconnaissant que « le chemin vers la paix est difficile », il a jugé cependant qu’il n’y a pas « d’autres alternatives ». « Il faut poursuivre les efforts exceptionnels sur fonds propres pour que notre outil de défense soit apte » à accomplir ses missions.
L’apaisement du climat social est une autre priorité pour le président de la République. Ibrahim Boubacar Keita reste encore moralement affecté par la (trop longue) grève des fonctionnaires de la santé. « Cette grève a été douloureusement ressentie par les populations », a rappelé le chef de l’Etat qui a félicité le Premier ministre et les ministres concernés pour avoir réussi à trouver un accord avec les grévistes.
Le président de la République a souligné aussi que depuis sa prise de fonction, il a « le souci constant de l’amélioration des conditions de vie de nos populations ». Les produits de grande consommation sont subventionnés pour rendre leurs coûts raisonnables sur le marché. Les hydrocarbures sont moins chers à la pompe parce que l’Etat renonce à une partie des droits et taxes au cordon douanier.
Revenant sur le front social, le président de la République a rappelé aux syndicats la nécessaire « pondération » dans les revendications, estimant que « la fin ne justifie pas tous les moyens ». Pour lui, au regard des nombreuses urgences, les surenchères et les ultimatums ne doivent pas être de saison. Pourquoi ? Parce que nul ne doit perdre de vue « l’équilibre global ».
Ibrahim Boubacar Keita attache du prix à la mise en œuvre diligente du Programme présidentiel d’urgences sociales qui concerne notamment les secteurs de l’eau, de l’énergie et les pistes rurales. Ce programme couvre la période 2017-2020 et son objectif est d’améliorer les conditions de vie des populations.
Pour le président Keita, la diplomatie est un domaine hautement stratégique qu’il ne faut surtout pas négliger. Notre pays venant de loin doit poursuivre ses efforts de reconquête de la place qui lui est due dans le concert des Nations. La diplomatie reste « un rôle moteur dans le traitement des défis du moment, notamment la migration ».
« Sur l’ensemble de ces questions, vous devez former une équipe solidaire et engagée. Vous saurez relever ces défis », a conclu le chef de l’Etat.
Le message a visiblement été bien reçu par le Premier ministre Maiga qui a tout naturellement remercié Ibrahim Boubacar Keita pour cette marque de confiance. « Nous prendrons des initiatives » pour « servir le digne Mali dans le sens de la vision du président de la République.
Cette équipe va agir de façon soudée pour satisfaire les besoins de nos compatriotes », a assuré le chef du gouvernement qui a promis de mettre de « l’ordre dans l’espace public ».
Abdoulaye Ibrahim Maiga a également promis la plus grande « loyauté » au chef de l’Etat et assuré de traduire en actes concrets la vision présidentielle. Parlant des défis liés à la forte demande sociale, et à la paix, il a rappelé que le gouvernement jouera la carte de « la main tendue ». « Nous sommes résolus à nous mettre au service du pays dans un élan collégial », a insisté le chef du gouvernement.
Les membres de son équipe se disent prêts aussi à travailler pour mériter la confiance placée en eux par le chef de l’Etat. Mme Traoré Oumou Touré, nouveau ministre de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille, découvre, pour la première fois, l’ambiance d’un conseil des ministres. Elle a assuré qu’elle s’emploiera au renforcement des acquis. Malick Alhousseyni, qui a été reconduit au poste de ministre de l’Energie et de l’Eau, est un grand habitué de la maison. Il est nommé ministre pour la 3è fois. Il a promis que tout naturellement, la dynamique enclenchée se poursuivra avec « le même engagement suivant les instructions du président de la République ». Comme lui, Amadou Koita est reconduit au poste de ministre de la Jeunesse et de la Construction citoyenne. Pour lui, c’est une « confiance renouvelée » qui appelle forcément à un maximum « d’ardeur et de courage pour répondre aux aspirations du peuple malien, et surtout sa jeunesse ».
Le général de brigade, Salif Traoré, qui a bénéficié du renouvellement de la confiance du chef de l’Etat pour le portefeuille de la Sécurité et de la Protection civile, a rappelé que rien n’est possible sans la sécurité des personnes et de leurs biens. Tiéman Hubert Coulibaly qui signe son retour et devient la 3è personnalité du gouvernement, sur le plan protocolaire, est « heureux de servir le pays ». Il est le nouveau ministre de l’Administration territoriale.
Syndicaliste chevronné, Maouloud Ben Kattra, le nouveau ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle, s’est dit animé d’un « sentiment de fierté en tant que citoyen et acteur de la société civile ».
L’ancien ambassadeur du Mali aux Etats-Unis et aujourd’hui ministre de la Défense et des Anciens Combattants, Tiénan Coulibaly, explique que c’est avec « fierté et humilité » qu’il revient au gouvernement et dit « mesurer toute l’ampleur de la tâche ».
Quant au nouveau ministre de la Santé et de l’Hygiène publique, Pr Samba Sow, il s’est révélé au grand public dans le cadre de la lutte contre le virus Ebola. Précédemment conseiller spécial du président de la République, il est appelé dans le gouvernement pour remporter de nouvelles victoires après celle que le Mali a remportée contre le virus Ebola. Il vient de donner un avant-goût de ses capacités en décrochant l’arrêt de la grève du personnel de la santé. « Je souhaite de tout cœur que cela soit un vrai départ pour une santé de qualité au bénéfice des Maliens », a prié le Pr Samba Sow qui a avoué que son taux d’adrénaline était un peu élevé quelques minutes avant le début du conseil des ministres.
« Je pense qu’on repartira sur de nouvelles bases et c’est le plus important », a lancé, pour sa part, le ministre des Sports Amion Guindo qui a été reconduit aussi. Il a sous la main le dossier brûlant de la Femafoot. Il garde l’espoir d’un « dénouement heureux » très bientôt.
Reconnaissant que le tourisme bat de l’aile dans notre pays du fait de l’insécurité, le ministre Nina Wallet Intallou, promet qu’elle ne baissera pas les bras. Celle qui vient d’être reconduite aussi, promet de se battre avec toutes ses forces pour « vendre » la destination Mali. « Merci pour la confiance portée en ma personne. Le tourisme va très mal mais on va relever le défi », dit-elle.
Le nouveau ministre de l’Economie numérique et de la Communication, Arouna Modibo Touré, qui venait de vivre son baptême de feu, nous a confié que c’était « convivial ». « Nous avons suivi avec grand intérêt les consignes et les directives du président de la République. Nous allons relever les défis. Il y a des urgences, nous allons nous y atteler », a ajouté le ministre Arouna Modibo Touré.
Amadou M. CISSé

You are here: Home News Conseil des ministres inaugural : LES ATTENTES ET LES URGENCES