Visite des ministres des Affaires étrangères français et allemand : PAS QUESTION DE NEGOCIER AVEC LES TERRORISTES

Dans le cadre d’une tournée dans la région, le ministre français des Affaires étrangères, Jean Marc-Ayrault et son homologue allemand, Sigmar Gabriel, étaient vendredi dernier dans notre pays. Ils ont été reçus en audience par le président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta à la Villa des Hôtes.

Ensuite, les trois personnalités ont animé un point de presse au cours duquel elles ont exclu toute idée de négocier avec les terroristes qui revendiquent la plupart des attentats contre les soldats et les populations civiles. Les ministres des Affaires étrangères français et allemand ont salué les efforts fournis par les autorités maliennes pour accélérer la mise en œuvre de l’Accord de paix par la mise en place des autorités intérimaires, le démarrage du Mécanisme opérationnel de coordination (MOC), la tenue de la Conférence d’entente nationale… L’une des recommandations formulées par les participants de la Conférence d’entente nationale est de négocier avec les groupes terroristes dirigés par Iyad Ag Ghali et Amadou Koufa. Comme par coïncidence, la mort du soldat français, mercredi, dans un accrochage avec des groupes terroristes vers Hombori, a été revendiquée par Iyad au moment où Jean Marc-Ayrault et Sigmar Gabriel visitaient les bases de la Minusma et de Barkhane à Gao.

En réponse à une question relative à cette attaque terroriste, le chef de la diplomatie française a été très clair :«Comment négocier avec les terroristes? C’est un combat sans ambiguïté. Il faut pas qu’il y ait le moindre doute». Même tonalité de la part du ministre des Maliens de l’Extérieur qui assurait l’intérim de son collègue des Affaires étrangères, de la Coopération internationale et de l’Intégration africaine. «Pendant que le peuple malien décide de faire la paix, quelqu’un continue à revendiquer des attentats», a-t-il dénoncé, avant de renchérir : «Je pense que c’est absurde de négocier avec ces terroristes. Surtout au moment où ils publient une liste de 11 pays contre lesquels ils déclarent la guerre».

Le chef de l’Etat, Ibrahim Boubacar Keïta, a été aussi ferme sur la question en disant qu’il n’y aura aucune négociation avec les terroristes. En outre, le ministre français des Affaires étrangère dira que la force Barkhane a réorganisé son dispositif dans le cadre de la lutte contre le terrorisme dans le nord et le centre du Mali. «Il y a un redéploiement de Barkhane en partie, parce qu’évidemment il faut rester présent au Nord et Barkhane l’est. Il y a un travail qui se fait au niveau des trois frontières (Mali, Burkina et Niger)», a souligné Jean-Marc Ayrault. Il a, enfin, appelé l’Union européenne à faire plus dans la lutte contre le terrorisme dans la région.

L’Allemagne vient de renforcer la Minusma, avec près de 1 000 hommes et des hélicoptères. Au lendemain de la visite des ministres français et allemand dans notre pays, 5 personnes ont été tuées dans une attaque à Gargando, dans la région de Tombouctou. Une notabilité du nom de Abdoulahi Ag Oumar était parmi les victimes. Les autres étaient des membres du Congrès pour la Justice dans l’Azawad (CJA).

Adama DIARRA

You are here: Home News Visite des ministres des Affaires étrangères français et allemand : PAS QUESTION DE NEGOCIER AVEC LES TERRORISTES