Visite du Premier ministre tunisien : DE NOUVEAUX ACCORDS DE COOPERATION EN PERSPECTIVE

Le séjour du chef du gouvernement tunisien permettra de développer davantage des relations qui remontent aux premières années d’indépendance

Le chef du gouvernement tunisien, Youssef Chahed, est attendu ce mercredi 5 avril dans notre pays pour une visite d’amitié et de travail. Occasion propice pour faire non seulement l’état des lieux de la coopération tuniso-malienne, mais aussi et surtout identifier les voies et moyens susceptibles de la développer davantage. Outre les rencontres politiques de haut niveau, cette visite de deux jours sera marquée par la tenue d’un forum économique dont le temps fort sera la signature d’accords bilatéraux dans plusieurs domaines. La visite du Premier ministre tunisien, Youssef Chahed, la première au Mali depuis sa prise de fonction, donnera du punch à la coopération exemplaire entre les deux pays.

Une coopération nouée depuis les premières années d’indépendance par les présidents Modibo Kéïta et Habib Bourguiba, respectivement pères fondateurs des nations malienne et tunisienne. Le chef du gouvernement tunisien aura un agenda bien rempli, articulé autour de deux volets. Le premier volet, politique, concerne les rencontres avec les plus hautes autorités du pays. Dès son arrivée, mercredi, Youssef Chahed s’entretiendra avec son homologue Modibo Keïta. Jeudi, il sera reçu en audience par le président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta avant d’avoir un entretien avec le président de l’Assemblée nationale, Issiaka Sidibé. Ces entretiens permettront de passer en revue les relations de coopération et d’évoquer les opportunités et perspectives devant renforcer l’axe Bamako-Tunis.

Aussi, évoqueront-ils des questions d’actualité régionales, internationales et des sujets d’intérêt commun tels que le terrorisme et la crise libyenne, qui affectent la sécurité et la stabilité aussi bien en Tunisie qu’au Mali. Et le second volet de la visite permettra de donner un coup de fouet à nos relations économiques. En effet, il est prévu la tenue d’un Forum économique regroupant les acteurs économiques publics et privés tunisiens et leurs homologues du Mali. Cette rencontre permettra d’identifier les secteurs qui peuvent faire l’objet d’éventuels projets de partenariats et d’examiner les voies et moyens d’y parvenir. Il y aura aussi une présentation exhaustive des projets prioritaires dans les deux pays. Lors de cette rencontre, le Mali et la Tunisie signeront des accords bilatéraux qui concernent plusieurs domaines. Notre pays y a beaucoup à gagner. Faut-il le rappeler, la Tunisie est forte d’une expertise avérée dans plusieurs secteurs considérés comme vecteurs de développement et de rayonnement comme la santé, l’enseignement supérieur, la formation professionnelle, l’agriculture, les technologies de l’information et de la communication. Spécifiquement, dans le domaine de la santé, la Tunisie s’est dotée, depuis des décennies, d’atouts importants pour accéder au cercle des pays exportateurs de services de santé et devenir une destination sanitaire reconnue.

Le premier facteur d’attractivité de la Tunisie est, de loin, la qualité de ses médecins et l’efficacité de ses prestataires. Aussi, dans le domaine de l’agriculture, la Tunisie a un avantage compétitif qui découle surtout de l’ingéniosité de ses ressources humaines. Les pratiques agricoles en zones arides y sont bien maîtrisées. De même, ce pays a acquis une certaine expertise dans le secteur des TIC qui en fait une destination technologique très prisée et un hub régional pour la haute valeur ajoutée dans ce domaine. La Tunisie, qui a également réussi sa transition démocratique (post-révolution de 2011), veut partager son expérience dans ces domaines avec le Mali. Une opportunité à saisir pour les autorités maliennes qui œuvrent, avec les partenaires, pour instaurer un partenariat équilibré et diversifié dans divers secteurs.

Par ailleurs, le chef du gouvernement tunisien doit visiter la filiale malienne de l’Université tunisienne Montplaisir, et rencontrer la Communauté tunisienne installée dans notre pays. Ce voyage, qui intervient après la visite effectuée (en juin 2014) par le président tunisien de l’époque, Mohamed Moncef Marzouki, augure une nouvelle étape dans la coopération entre les deux pays.

Issa Dembélé

QUI EST YOUSSEF CHAHED?

Né le 18 septembre 1975 à Tunis, Youssef Chahed est le 15è chef du gouvernement de la Tunisie indépendante depuis le 27 août 2016. Il a fait des études d’ingénieur agronome à l’Institut national agronomique de Tunisie, dont il est sorti diplômé, major de promotion, en 1981. Il intègre ensuite l’Institut national agronomique Paris-Grignon en France. Il y obtient en 1999 un diplôme d’études approfondies (DEA) en économie de l’environnement et ressources naturelles et, en 2003, un doctorat en agroéconomie. Chahed est l’un des membres fondateurs du parti Al Joumhouri, fondé le 9 avril 2012. Le 6 février 2015, il est nommé secrétaire d’État chargé de la Pêche, auprès du ministre de l’Agriculture, des Ressources hydrauliques et de la Pêche, dans le gouvernement de Habib Essid. Lors du remaniement du 12 janvier 2016, il devient ministre des Affaires locales dans ce même gouvernement. Le 1er août, il est proposé par le président Béji Caïd Essebsi pour succéder à Habib Essid à la tête d’un gouvernement d’union nationale. Le 20 août, il forme son gouvernement. Et le 26 août au soir, les députés accordent leur confiance à ce gouvernement avec 167 voix pour. Il prête serment le lendemain au palais présidentiel de Carthage, et devient alors le plus jeune premier ministre de l’histoire moderne du pays.

You are here: Home News Visite du Premier ministre tunisien : DE NOUVEAUX ACCORDS DE COOPERATION EN PERSPECTIVE