Coopération Mali-Union européenne : 19 MILLIARDS de f cfa POUR LA STABILITÉ ET CONTRE LA MIGRATION IRRÉGULIÈRE

La Délégation de l’Union européenne au Mali a annoncé, vendredi dernier, le lancement du Programme d’appui au renforcement de la Sécurité dans les régions de Mopti et Gao (PARSEC). La cérémonie était présidée par le ministre de la Sécurité et de la Protection civile, le général Salif Traoré, dans la salle de conférence de son département.


Le PARSEC a pour objectif de contribuer à la stabilisation de la région centre du Mali, en améliorant la sécurité des populations, le contrôle du territoire et la gestion des espaces frontaliers par les services de l’État, dans le respect de l’État de droit. Le projet est financé à plus de 19 milliards de Fcfa par l’Union européenne à travers le Fonds fiduciaire d’urgence en faveur de la stabilité et de la lutte contre les causes profondes de la migration irrégulière et du phénomène des personnes déplacées en Afrique, mis en place lors du Sommet de la Valette en novembre 2015. Il s’inscrit dans le cadre de l’approche globale Sahel de l’Union européenne. Issu des consultations entre la Délégation de l’Union européenne au Mali et le gouvernement du Mali, avec l’appui des missions EUCAP Sahel-Mali et EUTM Mali, le projet sera mis en œuvre en concertation avec l’ensemble des partenaires techniques et financiers de notre pays, avec pour objectif d’optimiser les synergies et la complémentarité des interventions.
L’ambassadeur de l’Union européenne s’est réjoui du lancement du PARSEC qui est l’un des premiers projets sécuritaires financés par le Fonds fiduciaire d’urgence. Alain Holleville a réitéré l’engagement de son institution à accompagner le Mali dans sa réforme sécuritaire. Il a aussi rappelé que ce projet pilote interviendra en complémentarité avec d’autres projets axés sur la restauration de la confiance entre les populations et les forces de sécurité et l’amélioration de l’accès aux services socio-économiques de base dans le centre et le nord du Mali ». Le projet est mis en œuvre par Expertise France, associée à la GIZ et à Civipol. Caroline Huinh Van qui représentait Expertise France, a confirmé la mobilisation de l’agence de coopération technique française pour assurer la réussite de ce projet majeur et répondre au mieux aux besoins de la région du centre en matière de sécurité et de gestion des frontières. Elle a rappelé la volonté de l’agence de travailler dans un esprit de coordination et de complémentarité avec les partenaires maliens et internationaux, tout en faisant preuve de pragmatisme pour rendre le projet le plus opérationnel qui soit.
Le Programme d’Appui au Renforcement de la Sécurité dans les régions de Mopti et de Gao et à la gestion des zones frontalières (PARSEC Mopti/Gao) a donc pour objectif général de contribuer à la stabilisation de la zone considérée en visant deux objectifs spécifiques : La sécurité des populations et le contrôle du territoire sont améliorés dans le respect de l’état de droit. La gestion des espaces frontaliers par les services de l’Etat, incluant la gestion des flux et des personnes ainsi que la coopération transfrontalière, est développée et renforcée. L’approche proposée dans ce projet est d’appuyer le rétablissement de l’état de droit en permettant une présence durable et effective des forces de sécurité maliennes impliquées dans des missions à caractère civil dans la zone considérée. Le projet renforcera ces forces et améliorera leurs méthodes de travail complémentaires avec des nouveaux programmes et moyens de formation spécifiques et communs, une accélération de leur dotation en équipements (véhicules/protections/transmissions) et en outils de commandement et de communications compatibles/interopérables, du conseil pour réorganiser la chaîne de responsabilité et un renforcement des capacités de coordination opérationnelle grâce à l’établissement de Postes de Commandement mixtes en régions. Le ministre de la Sécurité et de la Protection civile a rappelé que son département a commencé à élaborer une loi d’orientation et de programmation de la sécurité intérieure dont le but est de planifier la réorganisation du ministère sur les cinq prochaines années en y associant les ressources budgétaires requises. « Cette dynamique s’inscrit dans les efforts nationaux soutenus par la communauté internationale, visant à réformer les services de sécurité et de protection civile et à améliorer leur coordination au niveau ministériel », a déclaré le général Salif Traoré, ajoutant que la Mission EUCAP Sahel Mali a été sollicitée par le gouvernement pour appuyer la conception et l’élaboration de cette loi. Il a également précisé que le PARSEC Mopti/Gao s’inscrit dans le cadre des objectifs fixés par le Fonds fiduciaire créé par l’Union européenne en faveur de la stabilité en Afrique. La zone ciblée fait partie de la fenêtre « Sahel et Lac Tchad » qui se caractérise par une situation post conflit et de nombreux déplacés au Mali et dans les pays voisins. Ce programme bénéficiera des expertises et des synergies possibles entre les différents instruments de l’UE, tenant compte en particulier des activités déjà en cours de soutien à la restructuration des forces de sécurité et de défense menées par les missions PSDC présentes au Mali et au Niger (missions EUCAP Sahel Mali, EUTM Mali et EUCAP Sahel Niger). Il s’inscrit dans la continuité du programme IFS CT SAHEL et du Projet IFS-RRM Mesure d’assistance exceptionnelle aux services de justice et de sécurité intérieure, Il est également complémentaire du Programme d’appui à la normalisation et à la résilience au Mali (PANORAMA).
L’utilité du PARSEC correspond au diagnostic commun de différents acteurs et opérateurs locaux et internationaux œuvrant dans les domaines sécuritaires, du développement, de la migration et des questions humanitaires. Un dialogue constant avec ces partenaires permettra d’intégrer les actions retenues dans une dimension globale de stabilisation et de développement des régions et populations. « Ce projet sera un cas pilote pour la concrétisation de l’approche globale au Sahel: les instruments disponibles dans la région seront en effet définis et programmés simultanément, dès le stade de la formulation du projet et les deux missions PSDC y seront étroitement associées », a assuré le général Salif Traoré. Il a aussi précisé que le PARSEC vient compléter l’appui par les missions Eucap Sahel Mali, l’EUTM et la Minusma, ainsi que les interventions de l’ensemble des partenaires techniques et financiers dans les domaines de la sécurité intérieure, de la gouvernance et du développement socio-économique, qui sont autant de facteurs clés pour la stabilisation et la restauration de l’autorité de l’Etat dans les régions de Mopti et Gao.
A. DIARRA

You are here: Home News Coopération Mali-Union européenne : 19 MILLIARDS de f cfa POUR LA STABILITÉ ET CONTRE LA MIGRATION IRRÉGULIÈRE