15è session du Comité de suivi de l’Accord : LE PROCESSUS DE PAIX DANS UNE DYNAMIQUE DE RELANCE

C’est hier au Centre régional d’énergie solaire (CRES) de Badalabougou qu’ont débuté les travaux de la 15è session ordinaire du Comité de suivi de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali (CSA).

 

C’était en présence du Haut représentant du président de la République pour la mise en œuvre de l’Accord, l’Inspecteur général Mahamadou Diagouraga,  du président du CSA, l’ambassadeur Ahmed Boutache, de la partie gouvernementale,  des représentants de la Plateforme et ceux de la médiation internationale.
Au moment où l’on a pu apercevoir quelques délégués de la CMA dans la salle de réunion, une autre aile du mouvement a décidé de ne pas participer à la session. Laissant apercevoir une position qui semble quelque peu confuse. Les points inscrits à l’ordre du jour de cette session ont trait à l’examen de la situation générale et les échanges au sujet des voies et moyens de nature à favoriser un avancement du processus de mise en œuvre de l’Accord ; à la préparation d’un CSA au niveau ministériel prévu à Bamako et pour la première quinzaine de février. Figurent également au menu de la rencontre deux communications faites par le gouvernement portant respectivement sur l’évolution du processus relatif à la révision de la Constitution et sur les préparatifs en cours pour la tenue de la Conférence d’entente nationale.
Les participants à cette 15e session ont débuté leurs travaux par une minute de silence à la mémoire des victimes de l’attaque terroriste contre le camp du Mécanisme opérationnel de coordination (MOC) de Gao le 18 janvier dernier. Si rien n’a filtré des échanges tenus à huit clos, le représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU, Mahamat Saleh Annadif a, devant la presse, levé un coin de voile sur les travaux qui doivent normalement s’achever aujourd’hui.
Le patron de la MINUSMA a, en effet, indiqué que les discussions ont porté sur l’évolution de la situation par rapport à la mise en œuvre de l’Accord. Auparavant, a-t-il expliqué, les participants ont parlé de l’attentat perpétré contre le camp du MOC de Gao. « Le premier constat est que ce qui s’est passé à Gao est très grave qui, loin de nous décourager, devrait plutôt être un levier et donner l’impulsion nécessaire pour qu’on aille au bout de la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger », a souligné Mahamat Saleh Annadif.
Pour lui, les terroristes ou autres qui ont attaqué ce jour n’ont pas fait la différence entre qui est CMA, qui est Plateforme et qui est FAMA. À en croire le diplomate tchadien, c’est une raison, ne serait-ce que se rappeler la mémoire de ces jeunes morts pour la paix, de tout faire pour accélérer la mise en œuvre de l’Accord. Parlant des mesures concrètes arrêtées pour surmonter les difficultés causées par cette attaque barbare et lâche, M. Annadif a tout simplement admis qu’il n’est point question de reculer. Sur ce qui apparaît comme étant un boycott de cette réunion par une partie de la CMA, Mahamat Saleh Annadif a déclaré : « Nous avons fait le constat que, malheureusement, nos frères de la CMA ne sont pas présents en totalité. Nous leur lançons un appel pour leur dire tout simplement que la politique de la chaise vide n’a jamais été payante et qu’il est extrêmement important qu’ils reviennent. Il n’y a pas meilleur cadre pour poser leurs problèmes qu’au niveau du Comité de suivi. Qu’ils viennent et on va trouver des solutions à leurs problèmes ».
L’autre point débattu, aux dires du chef de la MINUSMA, est relatif à la question de la mise en place des autorités intérimaires qui revient toujours. « Nous avons fait le point avec le gouvernement et je suis heureux de constater que cette question trouvera, très rapidement, dans les jours à venir une mise en œuvre effective qui nous permettra réellement d’aller de l’avant. Nous sommes dans une nouvelle dynamique qui doit nous permette d’avancer », a conclu Mahamat Saleh Annadif.
La 15e session du CSA se tient au moment où les observateurs notent les efforts inlassables de la communauté internationale, surtout à travers la section Médiation de la MINUSMA.
M. SIDIBÉ

You are here: Home News 15è session du Comité de suivi de l’Accord : LE PROCESSUS DE PAIX DANS UNE DYNAMIQUE DE RELANCE