Allocution télévisée du président de la République suite à l’attaque sanglante du camp MOC à Gao

« Vaillant peuple du Mali, mon peuple, après une légitime allégresse, une grande fierté pour avoir réussi ce qui n’était pas attendu par beaucoup de sceptiques, te voici de nouveau dans l’épreuve la plus terrible. Celle que la lâcheté arrive encore à faire subir aux gens de bien.

 

Mon peuple épris de liberté et de paix, ce jour, dans notre ville de Gao, des jeunes Maliens, à la foi ardente, au patriotisme ardent se réunissaient dans un élan de fraternité et de fraternisation entre fils du pays, ceux des mouvements et des Forces armées maliennes (FAMA), pour lancer ce que nous appelons les patrouilles mixtes, dans le cadre du Mécanisme opérationnel de coordination (MOC).

Cela en vue de rassurer les populations en les sécurisant et en leur portant secours au besoin. Au moment où ils étaient rassemblés, voilà que de manière traitresse surgit un véhicule aux couleurs du Mécanisme opérationnel de coordination pour tromper la vigilance, comme savent le faire les traitres et les lâches et pour exploser au milieu d’eux. Faisant ainsi des dizaines de morts. Au moment où je parle, le bilan dont je dispose est de 60 morts et 115 blessés.

Qu’il soit clair, nous vous opposerons la résilience de notre peuple. Dans cette nation millénaire qu’est la nôtre, il y a ceux qui croient en la grandeur de la patrie et y travaillent et ceux qui parient sur l’échec de la patrie, de leur propre peuple et y travaillent aussi, avec un zèle éhonté. Ceux qui croient en la grandeur du Mali, on les retrouve dans toutes les couches de la société, dans tous les partis politiques de l’opposition comme du pouvoir. On les retrouve aussi dans les groupes ethniques, dans toutes les confessions religieuses et autres. Je rends hommage à tous.

Mais ceux qui, à l’opposé, parient sur l’échec de la nation, y travaillent aussi avec un zèle éhonté pour notre plus grand malheur à tous. Puisqu’ils n’hésitent pas à tuer leur propre peuple, leurs frères, leurs sœurs puisqu’ils n’hésitent pas à démolir ce qui se construit pour le développement et la grandeur de cette nation.

Il y a une semaine à peine notre peuple était appelé à faire la preuve de sa résilience, de sa capacité à renaître du chaos et des malheurs semés par la main de l’homme, de quelques hommes. Une grande rencontre internationale s’est tenue dans ce pays que les terroristes et autres nihilistes étaient sur le point de détruire pour en prendre le contrôle, il n’y a guerre longtemps. Nul n’osait y croire et jusqu’au bout, certains n’y ont pas cru. Le meilleur de notre peuple a réussi à relever le défi avec votre soutien à tous, avec la bénédiction du Tout-puissant « Allah Soubhana watalla » et de nos ancêtres.

Mais voilà que ceux qui parient sur l’échec du Mali, surgissent à nouveau, ils n’ont pas abandonné parce que tout succès de ce peuple dont le monde pourrait se féliciter est pour eux un échec de leur minable et mortifère cause. Peut-être espèrent-ils, à travers cet attentat, vil prendre une revanche sur ce que toute l’Afrique et une partie du monde considèrent comme une belle manifestation de la renaissance du Mali.

A ceux-là qui ne vivent que de la négativité, je dis : nous vous combattrons, nous vous vaincrons, et vous n’aurez pas le dernier mot, parce que ce peuple, fier à souhait et à juste titre a mieux à offrir que le chaos. Vous représentez si tristement les trafics illicites, les vols et les viols. Vous n’êtes pas ce que nous sommes, vous n’êtes vraiment rien, de ce qu’est et vaut notre vaillant peuple malien.

Je m’associe pleinement au deuil de chaque famille touchée par cet odieux attentat, ce lâche assassinat et le peuple malien tout en pleurant les victimes, fait aux oiseaux de mauvais augures la promesse de sa résilience. Nous nous relèverons de tous les coups bas, de tous les coups, nous vaincrons, vous perdrez, vous serez défaits, vous perdrez parce que nous vaincrons. Inch Allah ! ».

You are here: Home News Allocution télévisée du président de la République suite à l’attaque sanglante du camp MOC à Gao