Journée de l’Industrialisation de l’Afrique : CONSOMMER MALIEN EST UNE NECESSITE

Cela permettra de ramener le taux de la part de l’industrie dans le PIB de 5% à 11%. Ce qui est la norme actuellement dans la zone UEMOA

 Le Premier ministre Modibo Kéita a présidé, samedi, l’ouverture de la Journée de l’industrialisation de l’Afrique. Organisée par l’Organisation patronale des industriels (OPI) en partenariat avec le ministère du Développement industriel, l’évènement bénéficie aussi  du soutien de l’ONUDI, du CNPM, de la CCIM et bien d’autres structures.

La Journée de l’industrialisation de l’Afrique qui s’est véritablement  inscrite dans l’agenda  des grands évènements de notre pays depuis cinq ans, a été initiée depuis 1989. Elle se veut une incitation des Etats africains à s’impliquer résolument dans l’industrialisation.

Le point d’orgue de cette célébration a été la présentation des acteurs et partenaires du secteur industriel malien. Un exercice qui a plongé l’auditoire dans l’univers de l’industrie agroalimentaire, du BTP, de l’impression, de la sidérurgie, de l’emballage, des énergies renouvelables et bien d’autres.

Auparavant, le maire de la commune V a, dans son mot de bienvenue, salué les efforts des industriels dans la transformation de nos matières premières. Mais il n’a pas manqué d’attirer leur attention sur la prolifération de produits de qualité douteuse qui envahissent nos marchés et dont la consommation est à l’origine  de plusieurs maladies. 

L’évènement a également permis à l’OPI par la voix de son président Cyril Achcar de présenter le niveau de réalisation des objectifs inscrits dans le Livre blanc de l’industrie.  Occasion pour lui de saluer les hommes et femmes qui se battent de jour comme de nuit pour élever le niveau du tissu industriel malien jugé très faible. Notre pays est en effet l’un des plus gros importateurs de produits industriels dans la zone UEMOA. L’ambition de l’OPI est de renverser ces tendances. Elle espère porter à court terme, le taux de la part de l’industrie dans le PIB, de 5% à 11% qui est la norme actuellement dans la zone UEMOA. L’objectif à long terme est d’exporter une bonne partie de la production nationale.

S’inspirant de la célèbre citation du président américain Abraham Lincoln, « lorsque nous achetons un bien à l’étranger nous avons le bien et l’étranger a l’argent mais lorsque nous achetons un bien chez nous, nous avons le bien et l’argent », le président de l’OPI a incité les Maliens à consommer malien, notamment en ce qui concerne la commande publique

Le ministre du Développement industriel, Mohamed Aly Ag Ibrahim a lui souligné l’effectivité de la volonté politique du président de la République de faire de l’industrie le moteur du développement de notre pays. La création d’un département spécifiquement dédié au secteur témoigne de cette volonté. En présentant sa vision pour le développement de l’industrie, le ministre Ag Ibrahim a mis le doit sur les multiples opportunités que regorge notre pays. Pour lui, le Mali qui sort d’une crise intense, a plus que besoin d’acteurs économiques capables de transformer en actes la vision du président Keita de faire du Mali une nation émergente, et l’industrie doit concourir à cela.

Le clou de cette cérémonie a été la coupure du ruban symbolique par le Premier ministre, suivie d’une longue visite guidée des expositions de nos industries. Exercice à l’issue duquel Modibo Kéita a indiqué que les Maliens peuvent nourrir beaucoup d’espoir en   l’avenir de notre industrie. Il a assuré les acteurs du secteur de l’engagement du gouvernement à créer un environnement favorable au développement de l’industrie.

L. ALMOULOUD

You are here: Home News Journée de l’Industrialisation de l’Afrique : CONSOMMER MALIEN EST UNE NECESSITE