Bamako : LE BOULEVARD ABDELAZIZ BOUTEFLIKA LONGE LA CORNICHE

« Merci au Mali », c’est par ces mots que le Premier ministre algérien, Abdelmalek Sellal, a bouclé son séjour bamakois, le vendredi dernier  lors du baptême du boulevard de la corniche au nom du président algérien Abdelaziz Bouteflika. La stèle inaugurale est érigée dans le jardin en face la BCEAO, au bord du Djoliba.  La  cérémonie de baptême s’est déroulée en présence du Premier ministre Modibo Keita et de son homologue algérien.

Le boulevard  Abdelaziz Bouteflika relie le pont Fahd et celui des Martyrs, sur une distance de 1,550 km, en 2 fois 2 voies de 2 mètres chacune avec un terre-plein central. Sa construction avait accusé un gros retard. Les travaux, entamés en 2012, ne se sont véritablement achevés qu’en 2015.
Selon la directrice régionale des routes  du District de Bamako, ce boulevard, qui symbolise désormais les bonnes relations algéro-maliennes, a coûté aux contribuables maliens 1,910 milliard de Fcfa, sur financement de la Banque ouest-africaine de développement (BOAD). Elle a été réalisée par l’entreprise COGEP sous le contrôle de SIRA. La vitesse de référence autorisée sur cette voie, très fréquentée, est de 40 à 60 km/h.
Les deux Premiers ministres ont dévoilé ensemble la stèle qui immortalise désormais le président Abdelaziz Bouteflika sur site. Modibo Keita et son hôte se sont ensuite prêtés aux questions des journalistes. Le chef du gouvernement malien s’est d’abord félicité du fait que le chef de l’Etat algérien ait accepté cette initiative malienne, destinée à mieux fixer dans le temps les bonnes relations entre nos deux pays.
« La disponibilité de l’Algérie à donner le nom du président Bouteflika à ce boulevard honore non seulement le District de Bamako, mais aussi tout le Mali. L’initiative permet de montrer aux jeunes générations les voies à suivre et leur rappelle que le monde n’a pas commencé à l’instant où ils se trouvent. Elle rappelle aussi les actions des grands hommes qui ont fait en sorte que ce jour soit », a expliqué le Premier ministre.
Quand à son homologue algérien, Abdelmalek Sellal, il dira qu’il est extrêmement fier d’avoir assisté à cette cérémonie qui est une manifestation des relations cordiales entre le Mali et l’Algérie.  « Cet événement est une symbolique très forte pour les Algériens. Qui ne peuvent dire que merci à leurs frères et sœurs maliens », a ajouté le chef du gouvernement algérien.
Auparavant, le maire de la Commune III, Abdel Kader Sidibé, en sa qualité de hôte de la cérémonie, a rappelé l’admiration de la jeunesse malienne des années 50 et 60 pour le président Abdelaziz Bouteflika, ce grand homme d’Etat, qui a fait rêver beaucoup de jeunes de l’époque, grâce à son combat pour la liberté. Rappelons, que le Mali a joué un rôle important dans la guerre de libération de l’Algérie. Malgré les risques que le soutien aux indépendantistes algériens pouvait avoir sur les relations franco-maliennes, le président Modibo Kéïta a accepté d’ouvrir les frontières du Mali aux combattants du Front de libération nationale (FLN) d’Algérie.
C’est dans ce cadre que Abdelaziz Bouteflika, alors chef de guerre, a longtemps séjourné à Bamako et surtout à Gao. L’appui du Mali a été très déterminant dans la victoire des indépendantistes sur les troupes coloniales françaises en 1962, ouvrant la voie à la proclamation de l’indépendance de l’Algérie.
A . O. Diallo

You are here: Home News Bamako : LE BOULEVARD ABDELAZIZ BOUTEFLIKA LONGE LA CORNICHE