48è Sommet de la Cedeao : UNE STRATÉGIE COMMUNE CONTRE LE TERRORISME

Cedéao photo famille

Les dirigeants des 16 pays membres veulent conjuguer leurs efforts afin de venir à bout de cette folie meurtrière qui continue d’endeuiller la sous-région

Le 48è Sommet de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) s’est tenu à Abuja les 15 et 16 décembre en présence d’une dizaine de chefs d’État de la région dont le président Ibrahim Boubacar Keita. Cette rencontre était spéciale aussi bien par son thème – « Développer une stratégie commune de lutte contre le terrorisme » – que par la date de sa tenue qui marque les 40 années de l’organisation. En effet, initiée par le président en exercice, le président sénégalais Macky Sall, lors de sa visite dans notre pays au lendemain de l’attaque de l’hôtel Radisson Blu, cette 48è session ordinaire de la conférence des chefs d’État de la Cedeao constitue un nouveau tournant dans la vie de l’organisation. Celle-ci entend désormais conjuguer ses efforts, à travers une stratégie commune de lutte, afin d’arriver à bout du terrorisme qui continue d’endeuiller la sous-région.

En prélude au sommet, c’est le conseil de médiation et de sécurité de la Cedeao, composé des ministres des Affaires étrangères et de la Défense des pays membres, qui a planché lundi sur l’opportunité de redynamiser les échanges de renseignements et de coordonner les efforts contre le terrorisme

En plus des chefs d’État, on notait la présence à Abuja du président de la commission de la Cedeao, Kadré Ouédraogo, du représentant spécial du secrétaire général des Nations unis, le Dr Mohamed Ibn Chambas, de la présidente de la commission de l’Union africaine, le Dr Nkosazana Dlamini Zuma, ainsi que des représentants de l’Union européenne, de la Chine, du Japon, de l’Inde et des États-Unis.

Sommet historique pour certains, nouveau tournant pour d’autres, le rendez-vous d’Abuja a débuté par le mot de bienvenue du président du Nigéria, Muhammadu Buhari. Celui-ci a salué le chemin parcouru par l’organisation dont son pays abrite le siège, dans la promotion de l’intégration sous-régionale en particulier et africaine en général. Il a félicité la commission pour les efforts majeurs fournis afin de doter la Cedeao d’une orientation plus dynamique. « Le Nigéria, indiquera-t-il, est aujourd’hui fier et honoré d’accueillir ce sommet qui marque les 40 ans de notre organisation commune après avoir accueilli le 28 mai 1975 le sommet qui a marqué la signature du traité de Lagos consacrant la création de la Cedeao ».

Pour sa part, le président de la commission de la Cedeao a rendu hommage aux dirigeants des pays membres pour « l’admirable sagesse, l’engagement constant, la détermination et l’efficacité qui caractérisent leur action quotidienne en faveur de la promotion économique, socioculturelle ». Kadré Ouédraogo a rappelé les jalons posés vers l’effectivité de l’union douanière et le parachèvement de l’intégration économique. Il a souligné ensuite l’entrée en vigueur du Tarif extérieur commun (TEC) en 2015 et l’adoption de la carte d’identité biométrique unique de l’espace Cedeao prévue en 2016.

Le président en exercice de la communauté, le Sénégalais Macky Sall, a confirmé le caractère historique de ce sommet-anniversaire qui voit la communauté poursuivre sa marche vers l’intégration. Le président sénégalais a souligné que l’année qui s’achève a marqué la consolidation de l’ancrage démocratique de notre sous-région parce que « des élections apaisées, libres et transparentes » se sont tenues au Nigéria, au Togo, en Côte d’Ivoire, en Guinée et au Burkina Faso. Cette série démontre « l’adhésion commune aux principes démocratiques universels en vertu duquel la légitimité du pouvoir émane du libre consentement des peuples », a-t-il estimé en renouvelant ses chaleureuses félicitations à ses pairs élus ou réélus. Macky Sall a souhaité que cet élan ainsi lancé se consolide en 2016 avec les 5 autres pays de la communauté qui s’apprêtent à vivre des élections présidentielles.

Le président en exercice de la Cedeao a aussi salué les progrès significatifs de l’intégration économique et citoyenne avec le lancement du Tarif extérieur commun. Après le passeport effectif depuis plusieurs années, l’émission prochaine de la carte biométrique viendra renforcer le sentiment d’appartenance communautaire que porte notre vision partagée de la Cedeao des peuples, a assuré le chef de l’État sénégalais qui s’est félicité également de la riposte à la maladie Ebola en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone.

Plusieurs défis interpellent les dirigeants de l’organisation communautaire « au premier rang desquels, le terrorisme, avec son lot quasi quotidien de victimes, plongeant nos familles dans le malheur et le désarroi », a noté Macky Sall en appelant à l’union et à la solidarité dans l’action. Pour lui, l’organisation régionale doit adopter une véritable stratégie globale de lutte préventive, par l’échange d’information et d’expérience, par l’harmonisation des législations en la matière et par le contrôle et la surveillance des frontières. « En définitive, il y a aujourd’hui un besoin urgent de concilier le principe de libre circulation des personnes et des biens et l’impératif sécuritaire d’où l’importance de cet sommet qui marque un tournant décisif dans la vie de notre organisation communautaire », a-t-il estimé.

Tour à tour, le représentant spécial du secrétaire général des Nations unies et la présidente de la commission de l’Union Africaine ont salué le chemin parcouru par l’organisation ainsi que son leadership dans la résolution des crises qui ont frappé ses pays membres ces dernières années. Ils ont salué la bonne tenue du processus électoral dans cinq pays membres et ont souhaité de même aux cinq autres qui s’apprêtent à organiser des élections en 2016. Ils ont assuré de l’engagement constant de leurs organisations à soutenir la Cedeao et ses pays membres dans l’atteinte de leurs objectifs de développement et surtout dans la lutte contre le terrorisme et l’obscurantisme.

Après la cérémonie d’ouverture, le président Ibrahim Boubacar Keita a confirmé à la presse l’urgence de mutualiser les efforts contre le terrorisme. Pour lui, la stratégie commune doit passer par les échanges d’informations, de renseignements et des contrôles communs de nos frontières. Le chef de l’État a prôné la mise en place d’un dispositif communautaire tout en assurant de la participation active de notre pays à l’atteinte des objectifs communs. Le président de la République a aussi salué le soutien et l’engagement des pays de la sous-région qui ont accompagné notre pays dans son processus de stabilisation, de paix et de réconciliation.

Le sommet a fermement condamné l’attaque terroriste du 20 novembre 2015 à Bamako tout comme les actes terroristes récurrents du groupe Boko Haram dans les pays du bassin du lac Tchad. Toujours à propos de notre pays, les leaders ouest-africains ont exhorté l’Union africaine et les Nations unies à entériner la création d’une Force d’intervention rapide, pour mieux répondre aux défis du terrorisme.

Envoyée spéciale
DOUSSOU DJIRE

You are here: Home News 48è Sommet de la Cedeao : UNE STRATÉGIE COMMUNE CONTRE LE TERRORISME