Inscriptions à l’Université : EXIT LE PARCOURS DU COMBATTANT

Rectorat inscriptionsGrâce à la pré-inscription sur Internet, les néo-bacheliers et les étudiants sont désormais dispensés des déplacements, des rangs interminables. Reste que la méthode n’est pas encore totalement maîtrisée

Une nouvelle méthode officielle de pré-inscription en ligne des nouveaux bacheliers et étudiants est entrée en vigueur depuis le 23 juillet dernier. Elle se fait sur le site web « www.campusmali.ml ». La pré-inscription en ligne consiste, pour un nouveau bachelier, à déposer sa candidature via Internet à une formation dans une université ou dans un établissement. L’opération a pour but de rendre facile et rapide les inscriptions des néo-bacheliers et des étudiants. Elle permet aussi de réduire les délais, de minimiser les files d’attente comme le coût global de l’inscription du nouveau bachelier et de mettre fin aux rackets.
Dans la pratique, le processus dispense les futurs étudiants des déplacements, des rangs longs et les préserve d’être rançonnés. La nouvelle méthode de pré-inscription en ligne entre dans le cadre d’un dispositif global mis en place par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. Elle consiste à faciliter les opérations d’inscription afin de disposer de statistiques fiables sur les effectifs estudiantins dans les structures universitaires et les grandes écoles. Le système est la première étape d’une procédure qui aboutit au final à une inscription administrative et pédagogique du candidat accepté dans un établissement d’enseignement supérieur. Après sa pré-inscription sur www.campusmali.ml, le nouveau bachelier est affecté dans la hiérarchie des vœux exprimés.
Le site web lui propose ensuite d’opter pour trois choix sélectifs (avec et sans concours). L’un des choix doit être sans concours. Quand il y a concours, le néo-bachelier attend les résultats du concours. Mais quand il n’y a pas de concours, il reçoit une proposition d’affectation qu’il doit valider en 48 heures. Dès lors que le nouveau bachelier ne refuse pas son affectation, il est retenu pour la formation à laquelle il a été affecté. Le futur étudiant reçoit donc par email un message dans son espace personnel « campusmali » l’invitant à s’inscrire directement à la scolarité de la faculté de son choix.
Notre pays compte 5 universités : Université des sciences juridiques et politiques de Bamako (USJPB), Université des lettres et des sciences humaines de Bamako (ULSHB), Université des sciences, des techniques et des technologues de Bamako (USTTB), Université des sciences sociales et de gestion de Bamako (USSGB) et Université de Ségou. Les 5 universités comptent plus de 100.000 étudiants dont 19.584 nouveaux bacheliers réguliers et candidats libres (CL) qui doivent s’inscrire dans une faculté pour l’année universitaire 2015-2016 selon leur filière au lycée. Plus de 17.000 candidats, dont 16.086 nouveaux bacheliers, se sont déjà pré-inscrits en ligne. Sur ces pré-inscripts, 14.287 ont déjà reçu leur rendez-vous d’inscription à la scolarité de leur faculté. C’est l’académie de Koutiala qui a le taux de pré-inscription le plus élevé du pays avec 85,56%. Le taux le plus bas a été enregistré dans l’académie de Gao avec 55,36%. 25% des nouveaux bacheliers maliens réfugiés à Bassikounou (Mauritanie) se sont également pré-inscrits en ligne. Certains d’entre eux ont même effectué le déplacement à Bamako pour s’inscrire dans la faculté de leur choix. 

70.000 Fcfa PAR JOUR. Les pré-inscriptions ont démarré le 15 octobre dernier à la Faculté d’histoire et de géographie (FHG) de l’USSGB. Ses trois guichets ont déjà enregistré les inscriptions de 561 nouveaux bacheliers. La Faculté des sciences économiques et de gestion de Bamako (FSEG) dispose aussi de trois guichets. Ils sont 1634 nouveaux bacheliers inscrits dans cette faculté. L’Institut universitaire de gestion (IUG) a commencé les inscriptions après la proclamation des résultats du test. Là, 373 candidats sont inscrits. « Comme toutes les innovations, il faut reconnaitre que la nouvelle procédure de pré-inscription des nouveaux bacheliers pose quelques difficultés du fait de la faible introduction des Technologies de l’information et de la communication (TIC) dans notre société. Plusieurs bacheliers ont bénéficié et continuent de bénéficier de notre assistance lors de leur pré-inscription. Cependant, nous sommes confrontés à des problèmes de capacité d’accueil et de personnel enseignant. Mais nous pensons que les dispositions seront prises par notre département de tutelle en concertation avec le rectorat de l’USSGB pour trouver des solutions idoines à ces problèmes. L’engagement a été pris d’inscrire tous les bacheliers 2015. Nous nous inscrivons dans cette dynamique », explique le chef du Service de la scolarité et de l’orientation de l’USSGB, Baba Bakoroba Traoré.
Le doyen de la Faculté de droit privé (FDPRI), Daouda Sakho, lui, précise que sa faculté compte 3 guichets pour les inscriptions des nouveaux bacheliers. Sur 1254 néo-bacheliers de moins de 20 ans pré-inscrits, 600 se sont inscrits malgré un déficit de compréhension et de communication. Se réjouissant du fait que les pré-inscriptions en ligne mettent fin aux malversations financières, le doyen de la FDPRI révèle que celles-ci rapportaient à certains anciens étudiants jusqu’à 70.000 Fcfa par jour lors des inscriptions.
Abdoulaye Salim Cissé, le directeur national de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, estime cependant que certains nouveaux bacheliers n’ont pas encore compris le processus des pré-inscriptions. Certains se sont présentés dans la faculté sans rendez-vous. D’autres ont même fait leur choix sans savoir les détails de la formation et des conditions d’accès (frais de scolarité).
Soumaïla Albert Mallé, le coordinateur Campusmali, insiste pour sa part sur le fait que l’opération initie les néo-bacheliers à l’Internet et aide aussi les autorités universitaires à connaître le nombre exact des étudiants. La nouvelle méthode permet aussi aux parents d’élèves de s’intéresser davantage aux études, aux choix de formation de leurs enfants. « C’est pourquoi l’opportunité a été donnée aux néo-bacheliers d’échanger avec leurs parents et amis avant de valider définitivement leur choix », précise notre interlocuteur.
De son côté, le secrétaire général de l’AEEM, Ibrahima Traoré, relève quelques difficultés dans les préinscriptions : le non respect et la non validation du choix des nouveaux bacheliers, peu d’entre eux disposent d’un compte email (adresse internet). « Nous restons quand même optimistes car nous savons que la pré-inscription en ligne est un bon système et une meilleure solution pour surmonter les difficultés des étudiants. Nous exhortons donc les autorités compétentes à tout mettre en œuvre pour surmonter ces difficultés », plaide Ibrahima Traoré.
Fallé Coulibaly est l’un de ces nouveaux bacheliers qui ont compris la nouvelle méthode de pré-inscription. « Je me suis pré-inscrit pour me réserver une place. On m’a demandé de choisir une filière. J’ai choisi le droit privé. Ma demande a été acceptée. On a ensuite envoyé un message sur mon email campusmali le 23 octobre pour dire que j’étais convoqué pour venir m’inscrire définitivement à l’Université des sciences juridiques et politiques de Bamako », témoigne le nouvel étudiant qui s’est inscrit le 6 novembre à l’USJPB. La demande d’inscription, détaille-t-il, doit comporter le certificat de résidence des parents ou du tuteur, le certificat de nationalité, le relevé de notes, la photo d’identité, l’extrait d’acte de naissance. « L’inscription ne m’a pris que 30 minutes. Alors qu’auparavant, il fallait venir très tôt le matin et passer toute la journée pour pouvoir s’inscrire», se réjouit-il. Si Fallé Coulibaly s’est inscrit facilement, beaucoup de nouveaux bacheliers, par contre, ont du mal à comprendre la procédure. Ils passent tous les jours dans les décanats, les rectorats pour s’orienter.
En lançant officiellement la pré-inscription en ligne des nouveaux bacheliers le 23 juillet au Centre international de conférence de Bamako (CICB), le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Me Mountaga Tall, avait décidé que l’opération prendrait fin le 15 septembre 2015. Mais, elle a ensuite été prolongée jusqu’au 30 septembre. Après être rendu compte que plus de 2.000 néo-bacheliers ne s’étaient pas encore pré-inscrits, le ministère a décidé d’une nouvelle prolongation de l’inscription jusqu’au 2 novembre, avant de reculer la date butoir au 15 novembre. « Tout néo-bachelier non inscrit après cette date ne pourra plus intégrer l’enseignement supérieur car l’application www.campus.mali.ml sera fermée pour eux, prévient le ministre Tall.
Après les nouveaux bacheliers, ce sera le tour des étudiants des 2è, 3è, 4è années, en master, des professionnels et des étrangers.
S. Y. WAGUE

You are here: Home News Inscriptions à l’Université : EXIT LE PARCOURS DU COMBATTANT