10è Rencontres africaines de la photo de Bamako : LES PRIX DE L’EXPOSITION UNIVERSELLE

UcheLes lauréats des 10è Rencontres africaines de la photographie de Bamako sont connus. Un jury présidé par Simon Njami a procédé lundi à la proclamation des résultats et à la remise des prix. La cérémonie s’est déroulée dans l’enceinte du Musée national. Au total, sept prix ont été décernés à des artistes participant à l’exposition internationale.


Le premier prix, le « Prix Seydou Kéïta », a été remporté par Uche Okpa-Iroha du Nigéria. Selon le jury, ses œuvres, intitulées « The Plantation Boy », font référence à des moments du célèbre film « Le parrain » de Francis Ford Coppola de manière novatrice. Il se sert de scènes familières pour pervertir le système hollywoodien prévalent qui exclut l’autre, c’est-à-dire le Noir. Les photos décrivent la condition des Africains-Américains et remettent en cause la notion de pouvoir en pervertissant l’invisibilité des minorités dans l’industrie cinématographique.
Uche Okpa-Iroha, s’est dit agréablement surpris par cette récompense. « Il y a six ans, j’étais venu à Bamako. Je n’avais pas obtenu de récompense. Mais je savais déjà que cette ville était le lieu où mes travaux étaient valorisés. Désormais, Bamako est ma seconde ville après Lagos ».
Le prix « Coup de cœur du jury » est allé à deux artistes : Lebohang Kganye et Simon Gush, tous deux d’Afrique du Sud. L’œuvre de Lebohang, intitulée « Ke Lefa Laka », est une lettre d’amour à son arrière grand-père et parle de sa mère décédée. Elle décrit la robe et les faits et gestes de cette mère.
Quant à Simon Gush, il évoque dans sa vidéo, le monde du travail d’une manière distante et subite en montrant un dimanche tranquille à Johannesburg. En choisissant une ville speedée en temps normal, il souligne les signes et les symboles d’une activité que nous ne pouvons pas voir mais dont l’idéologie transparaît à chaque image.
Notre compatriote Aboubacar Traoré a enlevé le prix de l’Organisation intergouvernementale de la francophonie. Son prix a lui a été remis par l’ambassadeur de France au Mali, Gilles Huberson. Dans sa série « Inchl’a », il aborde avec subtilité et humour les tensions géopolitiques et religieuses qui secouent le Mali et menacent tout le Sahel. Ses individus casqués sans visage, telle une armée de fantômes ou de soldats, sont le reflet de nos propres peurs. Ce prix récompense le courage d’un photographe qui utilise des images métaphoriques pour prendre position contre l’obscurantisme.
Aboubacar Traoré s’est dit particulièrement heureux de remporter ce prix pour sa première participation à la compétition des Rencontres africaines de la photo de Bamako. Il a dédié ce prix au Centre de formation en photographie de Bamako où il a découvert la photo. Après y avoir effectué ses études, Aboubacar Traoré enseigne la photo dans le même établissement.
Le prix « Tierney Bamako Award » a été attribué à Em’Kal Eyongakpa du Cameroun. Celui-ci présente une installation qui mixe photos, vidéo et son pour explorer des idées sur la condition humaine.
Royal Air Maroc, le transporteur officiel des 10è Rencontres africaines de la photographie, a également offert un prix. Il est allé à George Senga de la République démocratique du Congo. Ses photos font revivre le leader congolais Patrice Lumumba, assassiné en 1961 par le régime de Mobutu avec la complicité de puissances impérialistes. Enfin, le prix Lanchonete.org a récompensé la Zimbabwéenne Lucia Nahmo dont les vidéos relatent l’histoire récente de son pays.
Y. DOUMBIA

You are here: Home News 10è Rencontres africaines de la photo de Bamako : LES PRIX DE L’EXPOSITION UNIVERSELLE