Liberté d’expression : L’OPPOSITION VEILLE AU GRAIN

OPPNous sommes tous « ce petit monsieur » pouvait-on lire sur une banderole samedi dernier à l’entrée de la salle Balla Moussa Keïta du Centre international des conférence de Bamako.

 L’opposition réagissait ainsi aux propos du chef de l’Etat de retour de sa visite en France à l’endroit de Tiébilé Dramé. Le président de la République accusait le président du Parena d’avoir «saboté» sa visite d’Etat en distribuant des tracts et en faisant des tentatives de manifestations. Tiébilé Dramé a formellement démenti les accusations, jurant que la coïncidence de son séjour à Paris avec la visite d’Etat du président Keita n’était que fortuite.
Afin d’exprimer sa solidarité avec Tiébilé Dramé, l’opposition avait organisé une conférence de presse samedi au CICB. Dans son speech liminaire, le chef de file de l’opposition Soumaila Cissé a repris en totalité la «Déclaration» rendue publique en fin de semaine dernière et qui dénonçait les propos tenus à l’endroit Tiéblé Dramé et de l’ensemble de l’opposition.
Soumaïla Cissé a estimé ensuite que la visite du président Keita en France «a été malheureusement ternie» par l’attaque personnelle à l’encontre d’un leader politique. Le président de l’URD a critiqué aussi le gouvernement pour avoir publié un communiqué qui a alimenté la polémique tout en faisant peser des «des menaces sur les libertés démocratiques».
L’opposition considère que les injures de personnalités politiques sont indignes de la fonction présidentielle et estime que les termes du communiqué du gouvernement sont inacceptables parce qu’ils constituent une remise en cause des libertés publiques.
L’opposition a rappelé également que les libertés publiques constituent des acquis issus de la Révolution démocratique de mars 1991. Notre constitution garantit donc la liberté de pensée, de conscience, de religion, de culte, d’opinion, d’expression et de création dans le respect de la loi.
Estimant que «la vie publique, dans son ensemble, doit être marquée du sceau de la morale et de la transparence», l’opposition a assuré qu’elle continuera «d’exiger du gouvernement que la lumière soit faite sur tous les scandales qui caractérisent le régime en place». Les opposants ont réaffirmé leur détermination « à combattre les prédateurs et à défendre toutes les libertés des Maliens au nombre desquelles la liberté d’expression et d’opinion acquise de haute lutte dans notre pays au prix de centaines de morts ». Ils ont lancé un appel à l’ensemble des forces patriotiques et démocratiques du Mali à se mobiliser pour la défense de la constitution.
Soumaïla Cissé a expliqué que Tiébilé Dramé poursuit son séjour en France. C’est pourquoi il n’a pas pris part à la conférence de presse de samedi. Plusieurs autres personnalités de l’opposition ont pris la parole pour souligner leur détermination à défendre la liberté d’expression et à critiquer les actions du gouvernement.
A.DIARRA

You are here: Home News Liberté d’expression : L’OPPOSITION VEILLE AU GRAIN