Construction de la Route Bamako-Koulikoro et du pont de Kayo : DES PROJETS STRUCTURANTS ET D’ENVERGURE

KKRO 1La réalisation de ces infrastructures contribuera à créer des emplois, à promouvoir le tourisme, à développer les activités industrielles, agricoles et pastorales, à améliorer la sécurité routière et la fluidité du transport

Bonne nouvelle. Bamako sera bientôt reliée à Koulikoro par une autoroute. Cérise sur gâteau, un pont appelé pont de Kayo va enjamber le Niger pour relier l’autoroute à la Route nationale (RN6) Bamako-Ségou. Le lancement des travaux de ces deux infrastructures a eu lieu samedi à Koulikoro par le président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta. C’était en présence du Premier ministre Modibo Kéïta, des présidents des institutions de la République, des membres du gouvernement, dont le ministre de l’Equipement, des Transports et du Désenclavement, Mamadou Hachim Koumaré des représentants des institutions accréditées dans notre pays.
Les habitants de Koulikoro et des localités voisines ont réservé un accueil chaleureux au chef de l’Etat, histoire de manifester leur joie et leur adhésion à la concrétisation d’un vœu longtemps exprimé.
Construite depuis plusieurs décennies, la route Bamako-Koulikoro, malgré les travaux d’entretien, était devenue un casse-tête pour les usagers à cause de son état de dégradation. Les accidents de la circulation, mortels dans la majorité des cas, étaient devenus le quotidien des usagers. Le trafic enregistre une dizaine de milliers de véhicules par jour. La plupart de ces engins sont des camions faisant la navette entre Bamako et Koulikoro pour transporter du sable, du gravier et autres matériaux de construction.
On comprend donc aisément le soulagement que va apporter la réhabilitation en 2×2 voies de cette route longue de 45 km. Les travaux consisteront à la construction d’une chaussée principale avec 2 voies revêtues en béton bitumineux de 7cm et d’accotements en enduit superficiel bicouche. Les quatre voies sont séparées par un terre-plein central. La route bénéficiera aussi d’une couche de fondation en graveleux latéritique de 20 cm et d’une couche de base en gravier traité de 25 cm d’épaisseur. Des travaux de drainage avec réalisation des dalots, des caniveaux, des fossés et des dispositifs de protections sont prévus en plus de la mise en place de signalisation et d’équipements de sécurité ainsi que l’éclairage public. Un plan de gestion environnemental avec l’aménagement des zones d’emprunt, la plantation et les activités d’entretien des arbres, la gestion des déchets solides et liquides est également prévu et un poste de péage moderne. De même qu’une piste cyclable. Pendant les travaux la circulation sera maintenue grâce à la création et à la sécurisation des déviations. Les travaux vont durer 30 mois et seront exécutés par l’entreprise Sogea Satom de France pour un montant hors taxes estimé à 49,2 milliards Fcfa, financés par le budget national (1,15%), les banques commerciales (89,40%) et la BOAD (9,45%). Le contrôle et la surveillance des travaux sont assurés par le Groupement Cira/CID/SAED pour un montant de 1,9 milliard Fcfa financé à 100% par la BOAD.

14 TRAVEES CONTINUES. Le pont de Kayo sur le Niger et ses voies d’accès est un ouvrage de franchissement qui reliera Koulikoro aux 4ème, 5ème, 6ème, 7ème et 8ème régions à travers la RN6 au niveau de Zantiguila. Il est long de 960 m. L’ouvrage est un pont mixte acier-béton. Il comporte 14 travées continues dont 12 de portée 72 mètres et 2 de portée 46,35 mètres, avec des abouts de longueur 1,65 m. Il comprend une chaussée avec 2 voies dans chaque sens de la circulation et un trottoir aménagé de chaque côté.
Les travaux consisteront, entre autres, à la réalisation des fondations de l’ouvrage, des piles en béton armé, du tablier et autres ouvrages divers nécessaires à la mise en place de l’ouvrage, l’exécution des aménagements de protections et la pose des divers équipements dont l’éclairage public et la signalisation.
S’agissant des voies d’accès, l’une longueur de 23 km pour le raccordement du pont avec la RN6 et l’autre 500 m avec la nouvelle autoroute. Elles seront construites en béton bitumineux d’une épaisseur de 7 cm et comporteront des accotements. Les travaux seront exécutés par le groupement d’entreprises Covec-Mali/HNRB pour un montant hors taxes estimé à 36,9 milliards de F cfa financés par le budget national (1,15%), les banques commerciales (90,45%) et la BOAD (8,4%). Ils vont durer également 30 mois.
Le contrôle et la surveillance des travaux du pont et de ses voies d’accès est assuré par le bureau Cira s.a pour un montant de 1,9 milliard Fcfa financé à 100% par la BOAD.
Le maire de la commune urbaine de Koulikoro, Youssouf Papa Traoré, s’est réjoui de la réalisation de ces infrastructures qui, à terme, permettront une meilleure fluidité du transport, favorisera le développement et réduira le coût du transport et les risques d’accidents. Elles donneront le confort et permettront un gain de temps en impulsant la relance et la reprise des usines locales Huicoma.
Le représentant de la BOAD au Mali, Jean Marcel Aboumon, a expliqué que ce projet s’inscrit dans le Programme d’aménagement d’infrastructures routières structurantes (PAIRS) du gouvernement pour la réalisation duquel son institution a octroyé un financement de 20 milliards Fcfa et signé un mandat d’arrangement de 100 milliards Fcfa avec l’Etat pour la mobilisation du complément du financement.

27 MILLARDS PAR AN. « La route est un déterminant essentiel de la compétitivité économique et contribue à la réduction de la pauvreté en améliorant les conditions de vie des populations. Le développement des infrastructures constitue un axe important du plan stratégique de la BOAD qui a développé de nouveaux outils pour accompagner efficacement les gouvernements dans la mise en œuvre de leurs programmes », a indiqué Jean Marcel Aboumon qui souhaité que des dispositions soient prises pour sécuriser les présents investissements.
Le ministre de l’Equipements, des Transports et du Désenclavement a expliqué que ces deux projets structurants vont coûter globalement 84,2 milliards de F cfa pour les travaux et 3,9 milliards Fcfa pour le contrôle et la surveillance. La réalisation de route Bamako-Koulikoro permettra, à terme, un gain de 160 millions par jour en utilisant le coût horaire du Smic et une économie de 27 milliards Fcfa par an pour le pont de Kayo sur le coût du carburant.
« La construction de ce pont qui permettra de relier Koulikoro directement à la région de Ségou est l’un des derniers maillons manquants pour le désenclavement de la deuxième région », a indiqué Mamadou Hachim Koumaré. Il a annoncé que d’autres projets similaires, notamment la construction de la route Kwala-Mourdiah-Nara et Kati-Djédiéni sont en cours de préparation.
Le président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta, a exprimé l’intérêt que le gouvernement accorde au désenclavement de notre pays, à travers la construction d’infrastructures répondant aux aspirations des populations. La route et le pont permettront la création d’emplois et contribueront à améliorer les conditions de vie des populations. Ibrahim Boubacar Keïta a exhorté les usagers à la prudence, à respecter le code de la route et à protéger nos routes et l’entreprise chargée des travaux à respecter les délais.
Envoyés spéciaux
B. COULIBALY
O. DIOP

You are here: Home News Construction de la Route Bamako-Koulikoro et du pont de Kayo : DES PROJETS STRUCTURANTS ET D’ENVERGURE