Le colonel-major Salif Traoré à la gendarmerie : LES MOYENS DOIVENT SUIVRE POUR RELEVER LE DEFI SECURITAIRE

ministresIl faut au pays des forces combatives, capables d’intervenir sur le terrain avec efficacité

Après les policiers, c’était au tour des gendarmes de recevoir, vendredi en fin d’après-midi, leur tout nouveau ministre, le colonel-major Salif Traoré. Accompagné de plusieurs membres de son cabinet, le ministre de la Sécurité et de la Protection civile a été reçu par le directeur général de la gendarmerie nationale, le colonel major Mody Bérété, à l’État major général de la gendarmerie en présence de plusieurs officiers de ce corps.
Le ministre Traoré s’est intéressé aux conditions de travail des pandores. Il s’est informé de la situation actuelle du matériel de travail, de son fonctionnement, voire de sa capacité à répondre avec efficacité aux missions dévolues aux gendarmes dans les différentes unités qu’il a visitées.
Au Camp I, première étape de cette visite, au delà des difficultés d’ordre matériel qui frappent la majorité des unité de gendarmerie, le problème majeur est relatif à un manque criard d’effectif, surtout d’officiers pour l’exécution efficace de certaines tâches.
Après un échange avec ses interlocuteurs sur la situation matérielle, les équipements et le personnel, le visiteur du jour a assuré ses interlocuteurs de l’engagement des autorités à leurs côtés pour leur permettre d’accomplir les missions qui sont les leurs dans la cité.
Au Camp II, situé à environ 200 m, c’est le Centre de commandement des opérations et la cavalerie qui ont reçu le colonel major Traoré. Au Centre de commandement dont l’essentiel du travail s’effectue par les moyens de communication, il a été surtout question de la situation de l’équipement nécessaire à la mission ainsi que des moyens de transport. Le patron de la gendarmerie a salué l’appui notable des partenaires européens pour le bon fonctionnement de cette unité, à travers des aides en moyens de communication. L’acquisition de ces nouveaux équipements de communication a renforcé les capacités du Centre du commandement des opérations à coordonner les unités de gendarmerie des deux rives pour accroitre la sécurité, surtout contre les nouvelles formes de banditisme auxquelles notre pays fait face.
A la cavalerie, les difficultés sont apparemment minimes. Certains bâtiments sont en réfection et cette unité a tout récemment bénéficié de l’appui financier des hautes autorités pour lui permettre d’améliorer ses conditions de travail et l’entretien des chevaux.
Le colonel-major Salif Traoré a achevé sa visite par l’École de gendarmerie de Faladié. Ici, la délégation ministérielle a assisté à une simulation de prise d’otages dans laquelle les éléments du PIGN (Peloton d’intervention de la gendarmerie) ont montré leur savoir-faire et toute leur maîtrise des situations d’urgence. Visiblement satisfait de la prestation des membres de cette unité, le ministre Traoré a demandé aux nouvelles recrues actuellement en formation de s’inspirer de l’exemple de leurs ainés dont l’intervention a été très appréciée lors de la prise d’otages de Sévaré, il y a quelques mois.
S’adressant aux gendarmes en formation, le colonel major Traoré a insisté sur le strict respect de la déontologie. Il a tenu à leur rappeler qu’ils sont engagés pour les populations, ils sont là pour celles-ci et non le contraire. « Les autorités sont satisfaites et fières de vous, tout le peuple malien est fier de vous. Faites tout pour maintenir cet élan », a-t-il indiqué.
Comme aux Camps I et II, le ministre Traoré a pris bonne note des préoccupations soulevées à l’école de gendarmerie de Faladié. Partout, il a assuré de l’assistance des autorités à la gendarmerie pour lui permettre d’assurer ses missions sur toute l’étendue du territoire national. Joignant le geste à la parole, il a procédé à la remise d’une quinzaine de quads (motos à quatre roues). Ces engins dont la valeur est estimée à plus de 150 millions de Fcfa, représentent la première vague de la dotation des gendarmes patrouilleurs. Les quads leur permettront de traquer et de capturer les malfrats en terrain difficile.
A l’issue de cette visite, le ministre était à la fois satisfait et préoccupé. Satisfait, car sur le terrain, il a rencontré des hommes engagés et déterminés à accomplir leur mission. Préoccupé, car il aussi noté les difficultés liées au manque de moyens. Il faut, a-t-il préconisé, « que le pays soit doté de forces combattives, capables d’intervenir sur le terrain avec efficacité… »

Mh. TRAORE

You are here: Home News Le colonel-major Salif Traoré à la gendarmerie : LES MOYENS DOIVENT SUIVRE POUR RELEVER LE DEFI SECURITAIRE