Rentrée des classes 2015 -2016 : FIN PRÊTS

© OUMAR DIOP, AMAP, EDUCATION , ECOLE PRIVEE SOUNTOUGOUN A HAMDALLAYE, LE 09/11/2011.

Les responsables scolaires assurent que toutes les dispositions sont prises pour accueillir les élèves et pour le début effectif des cours

C’est aujourd’hui la rentrée des classes. Le gouvernement en a décidé ainsi et l’a indiqué lundi soir. Depuis des semaines, le ministère de l’Education nationale est à pied d’œuvre pour préparer l’événement. Le ministre Kénékouo Barthélémy Togo et les membres de son cabinet, ainsi que les responsables des différentes directions nationales de l’Enseignement fondamental ont rencontré les directeurs d’Académie, les directeurs de Centres d’animation pédagogique (CAP), les chefs d’établissement, les parents d’élèves et les membres des comités de gestion scolaire. Ensemble, ils ont convenu des dispositions à prendre pour la nouvelle année scolaire.
Le ministre de l’Education nationale procèdera au lancement officiel de la rentrée ce matin à Bougouni. Le thème retenu pour la première leçon à dispenser est relatif à « l’Accord pour la paix et la réconciliation ». Des modules ont été conçus à cet effet pour tous les niveaux ( préscolaire, fondamental, secondaire et enseignement normal). Cette année, la rentrée des classes intervient une semaine après la fête de Tabaski. Les dépenses de l’Aïd el Kébir ont sérieusement éreinté les portefeuilles des pères de famille qui doivent se plier en quatre pour assurer celles de la rentrée. De nombreux parents avouent d’ailleurs qu’ils manquent de moyens financiers pour faire face à la situation. « Les autorités devaient bien analyser la situation avant de fixer la date de la rentrée. Il devait y avoir un délai plus important entre la rentrée et la fête, car toutes les deux occasionnent des dépenses colossales », fait prévaloir un parent d’élève.
Si certains parents d’élèves ne semblent pas prêts, les établissements scolaires, eux, le sont. Les différents directeurs ont pris les dispositions pour accueillir les enfants. Du moins ceux des établissements que notre équipe de reportage a visités. Au groupe scolaire Mamadou Konaté, la cour a été désherbée, même si des branches d’arbres restent encore entassées ça et là. Les différentes salles de classe ont été bien nettoyées. Devant la direction de l’école « D », on peut trouver la liste des passants et des redoublants. Quelques élèves venus vérifier leur situation, se pressent autour du document. Le directeur Abdramane Diallo indique qu’il a fait le grand ménage immédiatement après la fête. « Tout est prêt pour la rentrée », assure-t-il.

UN ENVIRONNEMENT CONVENABLE. Notre interlocuteur n’a aucune objection sur le choix du jour de la rentrée. Pour lui, il n’y a pas de problème dans la mesure où toutes les autorités scolaires avaient été informées de cette date depuis la fin de l’année scolaire passée. Abdramane Diallo se dit confiant que les cours débuteront effectivement dès ce matin dans son établissement. Il révèle qu’il a eu une rencontre avec le directeur de CAP le 29 septembre pour recevoir les dernières consignes relatives à la rentrée. « Nous avons reçu une fiche modèle sur la paix et la première leçon sera dispensée sur ce thème », indique le directeur Diallo.
Pour le recrutement, un comité de gestion a déjà été mis en place au niveau du groupe scolaire. Le chargé de recrutement officie pour toutes les écoles du groupe scolaire Mamadou Konaté. A la fin du processus, les nouveaux seront répartis entre les différentes directions. Ce que souligne notre interlocuteur, c’est plutôt la morosité qui caractérise les arrivées. « Nous n’avons jusque là pas atteint le nombre de nouveaux élèves requis par le CAP (60 pour la 1ère année) », s’inquiète-t-il.
A l’école Mamadou Konaté la tranche d’âge requise pour la classe de première année se situe dans la fourchette de 6 à 7 ans. Les parents doivent fournir le certificat de vaccination de l’enfant, son extrait d’acte de naissance et une somme de 5000 Fcfa pour la cotisation dont 500 Fcfa pour le carnet scolaire, 500 Fcfa pour la coopérative et le reste pour la caisse du comité de gestion. En ce qui concerne le transfert, les parents doivent amener un dossier dûment établi par l’école de provenance. Au passage de notre équipe de reportage, la direction avait juste reçu des annonces de transfert.
A l’école Sainte Thérèse du fleuve, un premier cycle, on sent la volonté d’offrir un environnement convenable de travail aux enfants. L’établissement est entièrement repeint et offre un nouveau visage aux passants. Les tableaux des 16 salles classe ont été déjà repeints et le système de ventilation renouvelé. Ce matin les nouveaux et les anciens élèves qui se retrouveront là apprécieront, en plus des retrouvailles, leurs conditions d’étude.
La directrice de l’école Sainte Thérèse du fleuve, Coulibaly Léonie Sangaré est prête pour la rentrée. « Nous avons été avertis à l’avance. Seulement avec la fête, certains parents ont misé sur un report de la date », souligne-t-elle en assurant que la répartition des classes entre les différents professeurs a déjà été faite, les emplois de temps dressés. A l’entrée même de cet établissement, un tableau d’affichage propose la liste des fournitures scolaires et celle des passants et des redoublants.

POUR UNE RENTRÉE EN SEPTEMBRE. Ici, la tranche d’âge requise pour le recrutement est de 5 ans et demi à 6 ans. Les parents doivent apporter l’acte de naissance, une photo d’identité, la copie du carnet de vaccination de l’enfant et leurs propres contacts. Pour les nouveaux élèves, les frais scolaires s’élèvent à 82.000 Fcfa contre 67.000 Fcfa pour les anciens. L’école privée Sainte Thérèse est très sollicitée. La directrice avoue que la demande est de loin supérieure aux capacités d’accueil qu’offre son école. « Beaucoup de parents veulent transférer leurs enfants dans notre établissement. Malheureusement nous ne pouvons pas les satisfaire tous », regrette-t-elle.
Tout comme dans les établissements cités plus haut, à l’école fondamentale privée « Collège Oumar Bah », l’administration se dit prête pour les grandes retrouvailles. « Nous ne sommes point surpris par la date de rentrée puisque nous en étions déjà informés», confie le directeur de l’établissement, Mamady Kaba Koné, qui jure que toutes les mesures ont été prises pour faire débuter les cours ce matin même à 7 heures 45mn. Il assure que tous les enseignants sont prêts et que toutes les salles de classe préparées et équipées pour accueillir les enfants.
Le directeur de Torokoro 1, Sékou Koné n’a pas été surpris, lui non plus, par la décision de fixer la rentrée au 1er octobre. « A notre niveau, tout est prêt pour une rentrée effective. Ce que je déplore, c’est l’attitude des parents qui ne semblent pas avoir sensibilisé les élèves pour la rentrée. A preuve, la liste des passants et redoublants est affichée, mais très peu d’élèves et de parents d’élèves viennent la consulter. Même constat pour les inscriptions », déplore notre interlocuteur.
Abdoulaye Dembélé, le promoteur de l’école privée « André Davesne », estime qu’il est temps que le Mali change la date de la rentrée scolaire. Il cite les exemples de certains pays européens et de nos voisins des pays côtiers chez qui la rentrée a lieu au mois de septembre. Cela permet une meilleure exécution du programme, soutient Abdoulaye Dembélé, qui juge trop longues des vacances de quatre mois. « Au terme de ce repos prolongé, on constate que les élèves ont tout oublié », argumente-t-il.
Dans son établissement, toutes les mesures ont été prises pour une bonne rentrée des classes : salles de classe nettoyées, tables bancs en bon état, tableaux bien noircis. Ici on recrute à 6 ans révolus, comme le demande le législateur. Les parents doivent fournir un extrait d’acte de naissance, un certificat de vaccination contre la fièvre jaune et leurs contacts. Les frais d’inscription s’élève à 15.000 Fcfa pour les deux cycles. Au niveau du 1er cycle chaque élève paie un montant de 45.000 Fcfa par trimestre, contre 50.000 Fcfa au niveau du second cycle. Pour ce qui est du transfert arrivée, l’élève est soumis à une épreuve d’évaluation. Le transfert départ est libre. 

Abdoul Karim COULIBALY
A. D. SISSOKO

You are here: Home News Rentrée des classes 2015 -2016 : FIN PRÊTS