Rapport des Nations unies sur le Mali : L’OPTIMISME MESURÉ DE BAN KI-MOON

Ban-Ki-moon

Le patron de l’ONU se réjouit de la signature de l’accord mais s’inquiète des blocages dans sa mise en oeuvre

Le secrétaire général de l’Organisation des Nations unies vient de publier son rapport trimestriel sur la situation dans notre pays sur la période allant du 12 juin au 16 septembre. Tous les trois mois, Ban Ki-moon fait, en effet, le point des activités de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA). Le document est soumis au Conseil de sécurité de l’ONU qui a renouvelé en juin dernier pour la 3è fois le mandat de la mission onusienne dans notre pays pour une année.
Le patron de l’ONU revient sur les progrès accomplis dans le déroulement du processus de paix en soulignant l’importance de la signature de l’Accord pour la paix et la réconciliation à l’issue des pourparlers inter maliens d’Alger. Dans le cadre de la mise en œuvre de l’accord, le rapport souligne les efforts de toutes les parties avec la mise sur pied du Comité de suivi de l’accord, sans occulter les difficultés liées aux tensions entre les groupes armés. Ban Ki-moon ne cache pas sa profonde préoccupation devant la situation sécuritaire « extrêmement précaire » et dénonce les violations du cessez-le-feu par les groupes armés qui continuent de repositionner leurs forces sur le terrain.
Mais la récente entente cordiale entre la CMA et la Plateforme, intervenue après la période couverte par ce rapport, pourrait contribuer à faire baisser la tension dans le Nord de notre pays. Les deux groupes armés rivaux semblent, en effet, avoir décidé de faire cause commune face à de « nouveaux acteurs » menaçant leur position privilégiée de « signataires ». Comme en témoigne leur communiqué conjoint du 29 septembre annonçant la suspension de « leur participation aux travaux des sous comités thématiques, jusqu’à ce que le Comité de suivi de l’accord en accord avec la Médiation internationale clarifient la situation concernant ces nouveaux acteurs ». Les deux mouvements protestent clairement contre « l’intrusion de nouveaux acteurs dans le processus de mise en œuvre de l’accord ».

ATTAQUES ASYMETRIQUES. Cette lune de miel inattendue entre la CMA et la Plateforme va-t-elle contribuer à améliorer la situation sécuritaire marquée par de nombreuses attaques asymétriques contre les forces armées et de sécurité et les forces onusiennes ? Le secrétaire général de l’ONU, lui, s’inquiète du niveau élevé « des menaces de nature extrémiste et asymétrique ». Dans la période considérée par son rapport, il dénombre pas moins de 14 attaques contre les forces armées et de sécurité du Mali. Ces attaques sont survenues à divers endroits sur le territoire national, avec une proportion plus élevée dans le centre du pays et touchant le sud jusqu’ici épargné. La plupart de ces attaques ont le même modus operandi. Les terroristes s’attaquent à des postes de sécurité isolés avant de se fondre dans la nature. Mais cela n’a pas empêché les forces de sécurité de mettre la main sur de nombreux présumés terroristes.
Concernant les attaques contre les troupes onusiennes et leurs collaborateurs, le rapport de Ban Ki-moon en dénombre 13, principalement dans le Nord du pays. Les Casques bleus ont essuyé essentiellement des tirs de mortiers contre leurs bases, des embuscades et des attaques contre les convois de ravitaillement. Le patron de l’ONU souligne que la persistance des attaques les convois civils affrétés par la MINUSMA contraint les Casques bleus à consacrer des moyens considérables à leur protection. Pour mieux faire face à la situation, la mission onusienne envisage de créer un bataillon de combat spécialisé dans la protection des convois logistiques.
La mise sur pied de cette unité spéciale de protection des convois logistiques participe sans doute des efforts en cours pour compléter les effectifs de la MINUSMA. Le rapport révèle, à cet effet, que 82% du personnel civil étaient en place à la date du 16 septembre. Pour ce qui concerne la composante police, 72% d’un effectif autorisé de 1440 étaient en fonction. La composante militaire dispose actuellement de 93% de l’effectif autorisé de 11.240 soldats. « Des préoccupations subsistent quant à la capacité opérationnelle de certaines unités d’infanterie en raison d’une pénurie de matériel appartenant aux contingents, qu’il s’agisse de matériel ou de capacités en matière de soutien logistique autonome », signale cependant le rapport.
Pour conclure, le secrétaire général de l’Organisation des Nations unies exhorte « les parties prenantes à s’acquitter de leurs obligations dans l’intérêt supérieur de la population du pays ». Il insiste sur « la priorité immédiate » qui consiste à faire fonctionner le Comité de suivi de l’accord. Ban Ki-moon renouvelle l’engagement de l’ONU à poursuivre son appui à notre pays pour l’instauration d’une paix durable.
B. TOURE

You are here: Home News Rapport des Nations unies sur le Mali : L’OPTIMISME MESURÉ DE BAN KI-MOON