Mali/FMI : Les bonnes appréciations de l’institution financière

une 17 4 2009Au terme de la 4ème revue du programme du Mali au titre de la Facilité élargie de crédit avec le Fonds monétaire international (FMI), le ministre de l’Economie et des Finances Mamadou Igor Diarra et le chef de mission du Fonds pour le Mali, Christian Josz ont animé hier, une conférence de presse au département de l’Economie.


Dans son exposé liminaire, le ministre Diarra a rappelé que le FMI mène un programme de conseil et d’assistance dans notre pays. Dans ce cadre, l’institution financière nous aide à élaborer le cadre macroéconomique, mais aussi conseille le Mali dans l’organisation de la gestion des finances publiques et les choix stratégiques qu’il devrait envisager.
D’autre part, Mamadou Igor Diarra indiquera que cette quatrième revue s’est tenue en rapport avec deux évènements importants : d’abord, le mécanisme de consultation du Fonds qui obéit à un dispositif appelé article 4 et qui permet au FMI d’élargir le diagnostic sur la structure de notre économie, ses perspectives en comparaison avec des pays similaires aussi bien en Afrique que sur d’autres continents.
L’article 4 permet également de dégager un certain nombre de pistes que notre pays va intégrer dans ses politiques économiques au cours des prochaines années en vue de favoriser la croissance économique, a-t-il ajouté.
Mamadou Igor Diarra a annoncé aussi que Christian Josz qui a conduit la mission pour le Mali pendant cinq ans va être remplacé par Alexandro Abrego, un autre expert en macroéconomie et haut cadre du Fonds monétaire international.
Le ministre de l’Economie et des Finances a rappelé également que l’année a démarré avec beaucoup d’arriérés et que l’aide des partenaires était timide. « Il y a eu des retards, voire des contre-performances en ce qui concerne les projets financés par les partenaires bi et multilatéraux. Quelques mois après, le Mali a renoué avec certains indicateurs et critères du programme. Le pays a apuré la dette intérieure (les instances de paiement de 2014). Ce processus continue pour les années antérieures », a précisé Mamadou Igor Diarra.
Les deux parties ont passé en revue les portefeuilles de la Banque mondiale, de la BAD, de la BID. « Tous ces portefeuilles dont les décaissements étaient aux alentours de 20% ont connu un regain d’activité. Les différents secteurs de l’économie se sont comportés de façon dynamique surtout l’agriculture. Le pays se sécurise avec la signature de l’accord de paix dont la mise en œuvre a débuté et nous avons anticipé un certain de nombre de moyens qui seront amplifiés en 2016 », a encore annoncé le ministre Diarra. Le cadrage budgétaire pour l’année 2016 a également été passé en revue avec le Fonds. Il s’agit, selon lui, d’envisager la croissance économique durable à travers les investissements. Raison pour laquelle, le budget de l’exercice 2016 accorde plus de place à l’investissement, au financement des projets. Le ministre de l’Economie et des Finances a réitéré l’engagement de l’Etat à assurer une gestion rigoureuse des finances publiques avant de remercier et d’exprimer toute la reconnaissance de notre pays à Christian Josz.
Le chef de mission, quant à lui, s’est réjoui des résultats de la revue en annonçant que les nouvelles sont excellentes parce que le gouvernement a rempli l’objectif de recettes qui est ambitieux. Les déficits eux sont nettement inférieurs à ceux qui avaient été projetés. Les performances sont excellentes, mais se traduisent par un niveau relativement faible, a jugé le chef de mission du FMI. D’où la nécessité pour l’Etat de faire preuve d’une grande rigueur dans l’exécution du budget au cours des dernies mois restants de l’année, a-t-il conseillé. « Le budget 2016 est ambitieux en termes de recettes, qualitativement aligné sur les objectifs du gouvernement de réduction de la pauvreté et d’augmentation de la croissance. Tous les repères ont été respectés sauf un », a ajouté le chef de mission.
F. MAÏGA

You are here: Home News Mali/FMI : Les bonnes appréciations de l’institution financière