Election du président de la CCIM : C’EST Youssouf Bathily

président CCIMIl a été élu au terme d’un vote apaisé et transparent et dont les résultats ont été acceptés par les différents camps en compétition


Ça y est. La chambre de Commerce et d’Industrie du Mali (CCIM) a une nouvelle équipe dirigeante. Elle est dirigée par Youssouf Bathily qui était en compétition avec deux autres candidats, à savoir Ousmane Guitteye et Tahirou Sy.
La nouvelle équipe dirigeante a été élue hier. Il s’agit d’un tournant historique dans la vie de la CCIM. En effet, la Chambre se dote d’un bureau légitime, après des années de crise avec la fin du mandat de Jeamille Bittar en juillet 2012.
En fait depuis l’élection de celui-ci en 2006, le climat était tendu à la CCIM. D’abord un petit rappel historique. De toutes les institutions consulaires de notre pays, la Chambre est la plus ancienne et la plus sollicitée dans la mise en œuvre des politiques économiques, du fait de la dimension transversale de ses missions. La création de l’institution remonte à 1909
Les déchirures apparues lors de l’élection de Bittar en 2006 s’exacerbèrent avec la fin du mandat de son bureau. Les élections consulaires d’octobre 2006 avaient donné lieu à une longue bataille judiciaire de plus deux ans. C’est au terme de cette bataille que l’équipe Bittar avait débuté son mandat en juillet 2008. Ce bureau aurait dû donc être renouvelé au plus tard le 28 juillet 2012 à l’issue d’élections consulaires. Mais la grave crise de 2012 rendit impossible l’organisation de ces élections.
Le ministère en charge du Commerce mit un place un collège transitoire. Après plus de 34 mois d’exercice, cette transition aura permis d’assainir les finances de la CCIM a travers la mise œuvre d’un rigoureux plan de trésorerie et de mettre fin au déficit des comptes et à l’endettement chronique. Aujourd’hui, l’institution a payé toutes ses dettes pour un montant de plus d’un milliard de Fcfa. Elle a mobilisé 8,5 milliards Fcfa pour la reconstruction du marché Rose de Bamako, la construction en cours d’un centre de formation ainsi que la construction des sièges des délégations régionales de Ségou, Kayes, Koulikoro et la prise de participation par la CCIM aux capitaux des filiales de la BDM au Burkina Faso et en Côte d’Ivoire. L’institution consulaire a également racheté des actions de la BCEAO à la BDM.
Cependant, le pays ayant retrouvé sa stabilité, il fallait mettre fin à la transition et doter la Chambre d’un bureau légitiment élu. C’est ainsi que le processus électoral a été lancé avec la révision du décret n°98-228/P-RM du 6 juillet 1998 fixant organisation et modalités de fonctionnement de la CCIM. Le nouveau décret N°2014-0641/P-RM du 21 août 2014 s’est efforcé d’apporter des réponses à certaines ambigüités qui entravaient le bon fonctionnement de l’institution. Les évolutions majeures enregistrées au niveau du régime électoral, a permis l’élection apaisée le 26 juillet dernier, des 294 membres de l’assemblée consulaire dont 88 à Bamako, 30 à Kayes, autant à Sikasso, 26 à Koulikoro, 36 à Ségou, 32 à Mopti, 16 à Tombouctou, 24 à Gao et 12 à Kidal. Le département du Commerce a alors lancé la deuxième étape, le 7 septembre. Cette étape a vu l’élection des bureaux des délégations régionales.
C’est à l’issue d’un processus électoral bien orchestré que les 294 membres consulaires ont été appelés au CICB hier pour élire un nouveau président et un nouveau bureau.

EN TROIS PHASES. A l’ouverture des opération à 9 heures, le conseiller juridique du département de Commerce, Adama Yoro Sidibé et non moins président de la commission d’organisation a tenu à expliquer les règles du jeu. L’élection du jour se déroule en trois phases. D’abord l’élection du président se fait par bulletin secret et sans procuration ni mandat. Le vainqueur sort directement de l’urne. Ensuite, chaque section élit ses candidats pour le vote des 9 vice-présidents (4 pour le commerce, 3 à l’industrie et 2 pour les services). Suit enfin le vote pour la préséance des vice-présidents.

Après ces explications d’Adama Yoro Diallo, l’on pouvait passer à la vérification des mandats par l’huissier présent. Celui-ci constatera l’absence d’une trentaine de membres consulaires. Ce qui ne remettait nullement en cause la légitimité du vote. Les trois candidats déclarés, à savoir Ousmane Guitteye, Tahirou Sy et Youssouf Bathily confirmeront de façon solennelle leur candidature et tireront au sort la couleur du bulletin qui les correspondraient. Puis débutèrent les opérations de vote à bulletins secrets.
Le résultat des urnes est sans appel. Sur les 268 votants, le candidat Bathily a récolté 158 voix contre 93 pour son principal challenger Ousmane Guitteye et 14 pour Tahirou Sy. Deux bulletins ont été déclarés nuls
Après le dépouillement, le porte-parole du candidat Ousmane Guitteye, Sanou Sarr a félicité le camp vainqueur et a reconnu les résultats qui, a-t-il admis ne souffrent d’aucune ambigüité. « Nous restons à la disposition du bureau qui sera mis en place pour la promotion et le développement de la CCIM, notre Chambre à tous », a-t-il dit.
Plus tard, le nouveau président de la CCIM, Youssouf Bathily a présenté son bureau. Mamadou Tiéni Konaté, l’ancien président du Collègue transitoire a été élu à la 1ère vice-présidence. Suivent Mme Cissé Lalaicha Ascofaré, Mandjou Simpara, Mamadou Sylla, Alou N’Diaye, Abdel Aziz Mariko, Baba Tabouré, Ismael Diallo et Issa Yatassaye.
Présidant la cérémonie de clôture des opérations, le ministre du Commerce et de l’Industrie Abdel Karim Konaté a rendu au hommage au monde des affaires pour la forte mobilisation et son adhésion à ce processus électoral qui a débuté il y a 6 mois, et surtout pour la maturité dont il a fait montre.
Il a particulièrement rendu hommage aux candidats Ousmane Guitteye et Tahirou Sy pour leur courage et leur engagement à accompagner le nouveau bureau, au nom de l’unité et de la réconciliation du monde des affaires.
S’adressant au nouveau bureau, il dira : « A partir de cet instant, vous aurez la lourde charge de diriger l’institution durant les cinq prochaines années. Il est impératif que la Chambre se réconcilie avec elle-même. Il faut la remettre dans son rôle qui est d’être un outil de développement au service du monde des affaires qui a besoin d’une structure consulaire unie et forte. Et le gouvernement a besoin d’un interlocuteur valable pour relancer le secteur privé et l’économie nationale en général. Nous devons donc saisir cette opportunité de faire revivre comme il se doit cette institution qui est tant attendue dans la promotion et le développement du secteur privé. Nous devons dépasser les clivages pour que la Chambre soit dans son rôle de promotion et de développement du secteur privé ».
D. DJIRE

You are here: Home News Election du président de la CCIM : C’EST Youssouf Bathily