Visite du Premier ministre espagnol à Bamako : MESSAGE DE SOUTIEN D’UN PARTENAIRE DE POIDS

PM ESPAGNOL

A quelques jours de la signature d’un accord de paix inter-malien, Mariano Rajoy a assuré de l’appui total de Madrid au processus de paix en cours

Elle a été brève mais sa portée diplomatique est très grande. La visite que le Premier ministre espagnol, Mariano Rajoy a effectuée hier dans notre pays n’a duré que quelques heures. Mais c’était largement suffisant pour témoigner au président de la République Ibrahim Boubacar Keïta, du soutien de Madrid au Mali en ces moments particulièrement éprouvants pour le pays.
C’est aux environs de midi que l’avion du chef du gouvernement espagnol se posa à l’aéroport international de Bamako. Il a été accueilli par son homologue malien, Modibo Keïta en présence de plusieurs membres du gouvernement. Le ministre espagnol de la Défense, Pedro Morenés qui avait déjà séjourné chez nous en 2013 était du voyage éclair de Bamako.
De l’aéroport les deux chefs de gouvernement mirent directement le cap sur le palais de Koulouba où Mariano Rajoy sera reçu par le chef du gouvernement. Dans le salon de la salle des banquets, les deux dirigeants se sont longuement entretenus sur des sujets divers mais se rapportant essentiellement à la sécurité et à la coopération entre les deux pays. 
A sa sortie d’audience avec le président Keïta, le visiteur a indiqué à la presse que l’objectif de sa visite était « double ». Il était d’abord venu pour « appuyer » le gouvernement dans sa quête de paix. Ensuite, une visite aux militaires espagnols installés à Koulikoro pour y former nos soldats, était l’autre motif du voyage.
« Nous sommes deux pays entretenant une excellente coopération », a apprécié le dirigeant espagnol. Cernant la situation au nord, il déclaré clairement que « l’Espagne veut un accord », avant d’inviter les parties réfractaires à la signature de l’accord d’Alger à ne « pas rater cette occasion de se réconcilier avec leur propre peuple ». Pour lui, « ceux qui s’oppose à la paix s oppose à leur peuple ».
La présence de la coopération espagnole dans notre pays est relativement récente. Elle remonte en effet à 2006. Mais elle a rapidement pris du volume avec l’ouverture de l’ambassade et du bureau de l’Agence espagnole pour la coopération internationale au développement (AECID) en janvier 2008. Le partenariat qui s’est développé à un rythme accéléré entre les deux pays est centré sur des secteurs comme la sécurité alimentaire, la santé et la culture pour le développement. Dans le cadre de l’autosuffisance alimentaire, il est prévu de réaliser des périmètres irrigués. Et plus récemment, la coopération militaire est venue renforcer les liens entre les deux pays.
L’Espagne a également accompagné l’actualisation de la stratégie nationale de développement de l’irrigation et apporte un appui au plan directeur d’irrigation de la Région de Kayes. Dans la région de Sikasso, la coopération espagnole intervient pour la création d’une filière de l’anacarde afin de soutenir l’industrie agro-alimentaire de
la région.
Dans le domaine de la santé, Madrid a appuyé le PRODESS par une aide budgétaire sectorielle et accompagne le projet d’appui à la politique de santé de la reproduction dans la Région de Kayes. La formation professionnelle et l’emploi sont deux autres domaines de coopération. Ici l’objectif est de former des ressources humaines de qualité, notamment parmi les jeunes qui sont la force motrice du développement. La coopération espagnole travaille également aussi dans le domaine de la culture pour le développement afin de valoriser le riche patrimoine culturel du Mali en tant que facteur de création d’emplois.  Madrid accorde des financements à des agences de Nations Unies et aux programmes de la Communauté des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) dans le but de contribuer la promotion de l’intégration régionale.
Sur le plan militaire, l’Espagne est très présente dans le dispositif de l’EUTM. Pas plus tard qu’en décembre dernier, la deuxième rotation du contingent espagnol au Mali est arrivée à l’aéroport international de Bamako. Une partie des nouveaux venus compose présentement la compagnie de protection de la force de l’UE, tandis que l’autre partie  du contingent est composée des nouveaux formateurs, également déployés à Koulikoro.
Des membres de l’état-major de la Mission et des conseillers de la mission ATF sont basés à Bamako. Ce contingent représente environ 110 militaires. Avec la France, l’Espagne représente le contingent le plus nombreux de la Mission. Avant de quitter notre pays hier dans l’après midi pour le Sénégal, le Premier ministre espagnol a inspecté ses troupes à Koulikoro ou un général espagnol commande les opérations de formation de l’UE.
Déjà 6 bataillons qui servent actuellement sur le terrain des opérations de sécurisation des populations y ont été formés : Elou, Sigui, Debo, Waraba, Elfarouk.

A. M. CISSE

You are here: Home News Visite du Premier ministre espagnol à Bamako : MESSAGE DE SOUTIEN D’UN PARTENAIRE DE POIDS