Journée internationale de la femme : L’AUTONOMISATION, LE PASSAGE OBLIGE VERS L’EGALITE

Elle suppose l’élimination de toutes les pratiques discriminatoires envers les femmes dans la législation et dans la société

Notre pays à l’instar du reste du monde a célébré hier la journée dédiée à la femme. Cette année, la célébration est intervenue malheureusement au lendemain d’un évènement tragique dans notre pays : l’attentat terroriste survenu 48 heures plutôt dans un restaurant à Bamako. De fait, un dispositif sécuritaire impressionnant avait été mis en place pour assurer la sécurité au palais de la Culture Amadou Hampaté Ba où avait lieu la cérémonie de célébration. Des blindés avaient déployés et les forces de l’ordre étaient omniprésentes dans le rayon du palais.

Malgré les risques liés à la sécurité, la mobilisation a été forte pour célébrer et magnifier les femmes notamment le Maliennes. Au premier rang des personnalités qui ont fait le déplacement, le président de la République Ibrahim Boubacar Keïta accompagné de son épouse Mme Keïta Aminata Maïga. Le Premier ministre Modibo Keïta, les ministres, le corps diplomatique accrédités dans notre pays, les présidents des institutions de la République, les représentants des organismes de coopération, tous étaient là.

Les femmes, les premières concernées s’étaient fortement mobilisées comme pour montrer que notre pays ne cèdera jamais à la panique et aux caprices des terroristes et autres bandits armés. C’est à 10h 17 mn que le couple présidentiel fit son entrée dans la salle dans une atmosphère empreinte d’une grande solennité. Après l’exécution de l’hymne nationale du Mali, la cérémonie pouvait commencer.

Cette année, le thème international s’articule autour du slogan intitulé : « Autonomisation des femmes, Autonomisation de l’humanité, Imaginez ». Mais tenant compte de tous les défis et de la vision de l’Union africaine de bâtir une Afrique intégrée, prospère et en paix, dirigée par ses citoyens et constituant une force dynamique sur la scène mondiale, notre pays a choisi de célébrer cette 21è édition de la journée de la femme sous le thème : « Croissance économique et autonomisation des femmes, engagement inclusif pour un Mali sécurisé, stable et émergent ».

La cérémonie a été marquée par plusieurs séquences dont des présentions de trophées, des projections de films, une remise de tableau aux pionnières et de matériels informatiques aux filles excellentes, par le chef de l’Etat.

La journée donne l’occasion de dresser le bilan des progrès réalisés en faveur de l’épanouissement et de l’émergence de la femme, d’appeler à des changements et de célébrer les actes de courage et de détermination accomplis par les femmes.
C’est la présidente de la CAFO, Mme Traoré Oumou Touré a donné le ton. Assurant que son discours est comme une lettre envoyée par l’ensemble des mamans, sœurs, épouses et filles du Mali, elle dira qu’il s’agit d’un message de « main tendue et d’expression de préoccupations d’un groupe qui de plus en plus est devenu un champ d’expérimentation de toutes sortes de privations ».

Avec le président de la République, a poursuivi Mme Traoré Oumou Touré, les Maliennes ont décidé désormais d’amorcer un dialogue constructif, franc, direct et revalorisant. Soulignant que les femmes ont déjà donné la preuve de ce qu’elles sont capables de faire, la présidente de la CAFO a sollicité Ibrahim Boubacar Keïta à s’engager fermement pour l’autonomisation de la Malienne. Celle-ci plus que jamais aspire à ce que ses droits soient respectés et appliqués. Les pratiques discriminatoires doivent donc être rayées de notre législation.

Selon elle, le président de la République peut contribuer à l’autonomisation de la Malienne en veillant à la mise en œuvre correcte de la politique nationale genre, l’application correcte de la Loi d’orientation agricole (LOA). « Oui, les femmes rurales doivent accéder à la terre pour oublier leur rôle de paysanne pour devenir des productrices et entrepreneures rurales », a lancé Mme Traoré Oumou Touré. La mise en place d’un mécanisme adapté d’accès des femmes au crédit, et la promulgation des lois favorables à l’égalité et l’équité entre les sexes, sont autant des pistes de solutions pour la promotion et l’autonomisation de la femme au Mali proposées par la présidente de la CAFO.

UNE ANNEE CHARNIERE. Le représentant résident de Onu-Femmes au Mali, Dr. Maxime Houinato a félicité le président de la République pour la nomination des deux femmes à la Cour constitutionnelle. Cet acte dira-t-il, répond au renforcement des Institutions de la République et contribue à consolider la gouvernance. Maxime Houinato s’est également réjoui de l’adoption par le Conseil des ministres du projet de loi en faveur de la promotion du genre et le projet de décret fixant les détails des compétences de la commune, du cercle, de la région et du District en matière de protection et de promotion de la femme, de l’enfant et de la famille. Il a plaidé pour le vote de ces projets de lois et leur adoption prochaine par les députés.

Selon Maxime Houinato, des études récemment menées par l’Onu femme explique de façon globale face à l’inégalité des sexes dans le seul domaine de l’emploi, il faudra 81 ans pour arriver à l’égalité entre hommes et femmes dans le monde. Cela même s’il est vrai que le taux d’employabilité des femmes a augmenté de 40% ces 20 dernières années. C’est pour cette raison que, ajoutera le responsable de Onu-Femmes « nous devons certes célébrer les acquis mais surtout galvaniser pour plus d’engagement des politiques en faveur des femmes et des filles de par le monde ».

D’où le lancement prochain d’une campagne de plaidoyer d’Onu-femmes « Step It up» ou « Accélérer le pas ». Cette campagne est une invite aux gouvernements pour plus d’engagements concret et à combler les écarts d’inégalité des sexes. L’objectif visé étant de parvenir à une planète égalitaire 50/50 avant 2030.

Le ministre de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille, Mme Sangaré Oumou Ba a pour sa part, fait ressortir les progrès réalisés par notre pays en matière de la promotion de la femme et de son autonomisation. Et selon elle, 2015 est une année charnière pour l’accélération des progrès en faveur des femmes.

Elle a indiqué à ce propos que cette année marque le vingtième anniversaire de la Déclaration et du Programme d’action de Beijing (Beijing +20), ainsi que le quinzième anniversaire de la Résolution 1325 du Conseil de sécurité de l’ONU et la fin des délibérations sur le programme de développement post-2015.

Dans les mécanismes de transformation amorcés par notre pays, a poursuivi Mme Sangaré Oumou Ba l’accent doit être mis sur la transformation sociale des 50,8% de la population que constitue de nos jours les Maliennes. C’est justement pour cette raison que son département a initié des projets et programmes pour assurer le relèvement économique des femmes et soutenir l’éducation des filles.
Le président de la République a rendu un hommage à toutes les Maliennes, indiquant que pour lui, la promotion de la femme et son autonomisation a toujours été une conviction. Il a souhaité qu’au sortir de cette fête, que les femmes soient mieux armées pour affronter les défis futurs, rien ne leur sera donné. Elles doivent donc se battre et arracher les victoires.

M. A. Traoré

You are here: Home News Journée internationale de la femme : L’AUTONOMISATION, LE PASSAGE OBLIGE VERS L’EGALITE