Projet d’accord d’Alger : LE GOUVERNEMENT REÇOIT LE SOUTIEN DE LA SOCIETE CIVILE


Le Premier ministre Modibo Keita a rencontré hier matin une forte délégation de la société civile, annonce un communiqué de presse de la Primature. Conduits par le président du Conseil national de la société civile, Boureima Allaye Touré, les acteurs de la société civile ont discuté pendant plus d’une heure avec le chef du gouvernement des priorités du gouvernement et des pourparlers inclusifs inter-maliens d’Alger.

Le Premier ministre a présenté à ses interlocuteurs les trois axes prioritaires qu’il privilégiera dans le cadre de sa mission : la sécurité des Maliens et de leurs biens ; le développement social, économique et culturel au service de nos compatriotes ; la restauration de l’Etat de droit à travers l’instauration d’une justice saine et respectée par tous les usagers.

Commentant les derniers développements des pourparlers inclusifs inter-maliens d’Alger, Modibo Keita a expliqué les raisons fondamentales qui ont convaincu le gouvernement de parapher le projet d’accord proposé par la médiation. Il s’agit essentiellement de la sauvegarde des principes fondateurs de la nation, notamment le respect de l’intégrité territoriale, de la forme républicaine et du caractère laïc de l’Etat, et du rejet systématique de toute forme de fédéralisme, d’autonomie ou de statut particulier pour une ou plusieurs régions du Mali. L’adhésion du gouvernement au document, a précisé le Premier ministre, s’explique par le fait qu’il repose essentiellement sur le principe de libre administration pour toutes les régions du Mali comme voulu par le Mali. Un autre point de satisfaction, ayant motivé le paraphe, a ajouté le chef du gouvernement, est la délimitation objective de l’épineuse question de l’Azawad et son renvoi à un débat national qui le tranchera définitivement. On comprend à la lecture du document, note Modibo Keïta, « que l’Azawad ne désigne aucune entité politique, juridique ou même géographique. Une précision de taille qui conforte l’unité et l’indivisibilité du Mali ». Le Premier ministre s’est appuyé sur tous ces arguments pour justifier la portée historique du projet d’accord paraphé.

Les responsables de la société civile ont salué l’exercice de restitution du chef du gouvernement. Ils ont marqué leur adhésion au projet d’accord paraphé et leur détermination à participer à sa mise en œuvre. Soulignant son implication active dans tout le processus de dialogue, la société civile a assuré le Premier ministre de son soutien sans faille et de sa disponibilité à accompagner le gouvernement.


(source Primature)

You are here: Home News Projet d’accord d’Alger : LE GOUVERNEMENT REÇOIT LE SOUTIEN DE LA SOCIETE CIVILE