Pourparlers d’Alger : VOLONTE D’APAISEMENT

Le représentant spécial du secrétaire général de l’ONUDans le cadre de la reprise du prochain round des discussions inter-maliennes, l’équipe de médiation des acteurs engagés dans le règlement de la crise de nord pays, s’est réunie samedi à Alger sous la présidence de Ramtane Lamamra, le ministre algérien des Affaires étrangères, fin connaisseur du dossier. C’était en présence de Mongi Hamdi, Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies et chef de la MINUSMA, du chef de la Mission de l’Union africaine pour le Sahel (MISAHEL) du Haut représentant de l’Union européenne pour le Sahel, du Représentant de la CEDEAO, des ambassadeurs Burkina Faso, du Nigeria, de la Mauritanie et de plusieurs experts sectoriels.

 En ouverture des travaux, le ministre algérien, dont le pays est le chef de file de la médiation, a souligné que les présentes concertations constituent un moment critique du processus de dialogue inter-maliens que son pays abrite pour la cinquième fois. Après avoir déploré la dégradation rapide, depuis novembre, de la situation sécuritaire dans les zones du Nord et particulièrement  à Tabankort, les participants à la rencontre ont convenu de la cessation immédiate des hostilités et d’amener les parties concernées à considérer la Feuille de route comme compromis servant de base de travail.
 
Pour le Représentant spécial, il est « nécessaire de créer un climat de sérénité et de confiance nécessaire à la reprise des pourparlers inter maliens ». Un point de vue appuyé par les médiateurs qui considèrent que seule une décision politique engageant les parties apportera un apaisement  de la situation sur le terrain. D’où la nécessité de parvenir rapidement à un accord, ainsi que le stipule la récente Déclaration du président du Conseil de sécurité qui enjoint les parties maliennes à reprendre les discussions et à ne plus violer les accords de cessez-le feu en vigueur, sous peine de sanctions ciblées. « Nous devons poursuivre les efforts collectifs pour faire aboutir ce processus à un Accord global et définitif », a ajouté Mongi Hamdi se référant à l’injonction du Conseil de sécurité.
 
Le Représentant a ensuite salué le gouvernement algérien pour  le « soin particulier et constant qu’il met à voir le Mali retrouver le chemin de la paix et de la stabilité ». L’équipe de médiation devait poursuivre hier des consultations séparées avec les responsables déjà présents de la Coordination et de la Plateforme, puis avec les membres du gouvernement. L’issue favorable attendue de ces rencontres laisse présager mercredi une réunion élargie à toutes les parties.
 
Vendredi déjà, le Comite de suivi et d’évaluation (CSE) avait eu des séances de travail avec chaque partie engagée dans le règlement de la crise du Nord. Il est apparu une volonté d’apaisement à travers la cessation des hostilités sur le terrain comme facteur favorable à la reprise des pourparlers. 

 

(Source : MINUSMA)

You are here: Home News Pourparlers d’Alger : VOLONTE D’APAISEMENT