Rencontre Modibo Kéïta-classe politique : L’APPEL A L’UNION SACREE AUTOUR DE LA QUESTION SECURITAIRE

Le Premier ministre Modibo Kéïta a rencontré vendredi dernier la classe politique malienne dans son ensemble autour de la situation sécuritaire que vit notre pays depuis un certain temps. La rencontre s’est déroulée dans la salle de conférence de la primature en présence du ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation Abdoulaye Idrissa Maïga. « Vous constituez un partenaire de poids pour que je puisse vous consulter sur la situation sécuritaire de notre pays », c’est en ces termes que le chef du gouvernement a reçu en premier lieu les partis politiques de l’opposition représentés par des figures emblématiques et non moins anciens membres de gouvernement, tels entre autres, Modibo Sidibé, Soumaïla Cissé, Tiébilé Dramé, Amadou Cissé, Ahmadou Abdoulaye Diallo, Daba Diawara et Ibrahima N’Diaye.

Le chef de file de l’opposition Soumaïla Cissé a apprécié la démarche du Premier ministre et salué sa grande courtoisie. Avec Modibo Kéïta, l’opposition a surtout parlé de ce qui se passe aujourd’hui dans l’ensemble du pays. Il s’agit de l’insécurité tant au nord qu’au sud du pays Il est bon, a souligné Soumaïla Cissé que les populations concernées soient protégées. Le président du parti de la poignée de main estime que nous nous intéressons plus à ce qui se passe avec les partenaires techniques et financiers qu’avec les populations.

Avec le Premier ministre, l’opposition a parlé également de la justice, de l’école et de la gouvernance. L’opposition recommande la mise en place du cadre de concertation entre les partis politiques qui la compose et le gouvernement. Les deux parties ont parlé des prochaines élections. Là-dessus, le chef de file de l’opposition estime qu’il est aussi important de faire les élections que de mettre l’école en marche. S’agissant des négociations d’Alger, il suggère l’organisation d’un cadre de discussions avec la classe politique et la société civile. Le problème de la sécurité dépasse le nord de notre pays, a déploré Soumaïla Cissé en faisant allusion à ce qui est arrivé (tentative d’assassinat) la semaine dernière au général Ould Meydou en plein centre ville de Bamako. Ce sont des choses qui interpellent l’ensemble de la nation. Soumaïla Cissé estime que le chef du gouvernement a pris la mesure de tout ça.

Avec les partis politiques de la majorité présidentielle, le Premier ministre a beaucoup insisté sur les derniers événements qui se sont déroulés à Gao. Après avoir fait la genèse de ces événements, Modibo Kéïta a expliqué la nécessité de les traiter avec patience car « dans la confusion, nous nous tromperons d’adversaires ». Les enquêtes diligentées situeront les responsabilités.

Agir autrement contribuerait à fragiliser le dispositif mis en place. La forte recommandation faite dans ce sens consiste à nous employer pour que les armes se taisent. Pour y parvenir, nous devons mettre à la place des bruits de Kalachnikovs, les bruits des hommes explique le secrétaire à la communication du Rassemblement pour le Mali, Boubacar Touré. Le chef du gouvernement demande de faire l’union sacrée autour de la question sécuritaire, de parler le même langage et d’éviter de créer la panique. La liberté d’expression aussi doit être mise à l’épreuve des événements. Parmi les autres questions qui ont été abordées avec le Premier ministre figurent les élections à venir, la justice, la gouvernance. Tous les partis de la majorité présidentielle étaient représentés.

S. DOUMBIA

You are here: Home News Rencontre Modibo Kéïta-classe politique : L’APPEL A L’UNION SACREE AUTOUR DE LA QUESTION SECURITAIRE