Mali/ FMI : LA REPRISE

Le dossier du Mali a été approuvé par le conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI). La bonne nouvelle tant attendue est tombée hier en fin de journée. En effet, après l’approbation du dossier du Mali par le conseil d’administration du FMI lundi dans la matinée, le chef de mission de l’institution de Breton Woods, Christian Josz a animé une vidéoconférence au cours de laquelle il a annoncé que les conclusions des première et deuxième revues du programme de la Facilité élargie de crédit (FEC) ont été approuvées. En conséquence, le FMI va procéder très prochainement au décaissement de 8 millions de DUTS soit 12 millions de dollars ou 6 milliards de Fcfa en faveur du Mali au titre des deux revues.

Les questions des journalistes ont essentiellement porté sur les engagements du gouvernement en ce qui concerne les mesures correctives et particulièrement les sanctions.
Christian Josz a expliqué que trois préalables ont permis l’adoption de notre dossier à savoir les engagements pris et respectés par le gouvernement. Ces engagements portent sur les rapports d’audits du Vérificateur général et de la section des comptes de la Cour suprême, l’adoption du décret modifiant à l’article n° 8 du Code des marchés publics et le rapport sur l’état d’avancement du processus de prise de sanctions.
Par rapport aux sanctions, Christian Josz a expliqué que le gouvernement a pris des engagements en promettant de situer les responsabilités et de laisser la justice faire son travail en toute indépendance. Le FMI fera connaître son appréciation à temps opportun, a-t-il laissé entendre.
Le FMI est-il satisfait de la gestion du gouvernement, ont insisté des confrères ? A ce sujet, le chef de mission répondra qu’un accord avec des mesures fortes a été trouvé avec nos autorités. Il reste entendu que des efforts doivent être entrepris dans certains domaines, ajoutera-t-il en se réjouissant du contrôle à priori et à postériori en matière de dépenses publiques.
Christian Josz a assuré que si l’accord sur lequel le FMI et le Mali se sont entendus n’était pas bon, le dossier du pays n’allait pas passer au conseil d’administration.
Le ciel des relations entre notre pays et le FMI se dégage donc après les gros nuages qui l’avaient obscurci suite aux griefs formulés par l’institution de Breton Woods sur les dossiers de l’achat de l’avion présidentiel et de l’acquisition de matériels militaires.

F. MAÏGA

You are here: Home News Mali/ FMI : LA REPRISE