Mali-Banque mondiale : UN APPUI DE TAILLE A LA REPRISE ET AUX REFORMES DE GOUVERNANCE

Après approbation du Conseil d’administration de la Banque Mondiale (BM), le 18 novembre dernier, le directeur des opérations de l’institution bancaire internationale au Mali, Paul Noumba Um et le ministre de l’Economie et des Finances, Mme Bouaré Fily Sissoko, ont procédé hier, à la signature de l’accord de financement relatif à la première opération d’appui à la reprise et aux réformes de gouvernance au Mali d’un montant de 63 millions de dollars soit environ 31 milliards de Fcfa. La cérémonie de signature s’est déroulée au département des Finances.
Ce financement est composé d’un crédit de 36 millions de dollars et d’un don équivalant à 27 millions de dollars. Il sera décaissé en une seule tranche et fait partie d’un programme prévoyant une série de deux opérations.
Paul Noumba Um a souligné qu’à travers cette opération, les deux parties cherchent à renforcer la redevabilité et la transparence de l’exécutif et à améliorer l’efficacité des dépenses publiques. L’opération est alignée sur les priorités du Cadre stratégique pour la réduction de la pauvreté et de la croissance au Mali et sur le Plan d’action du gouvernement pour la période 2013-2018, a-t-il indiqué.
Le directeur des opérations de la BM a également insisté sur la nécessité d’améliorer la gouvernance pour renforcer la légitimité de l’Etat. « Mais cette amélioration ne pourra se faire sans des institutions de contrôle plus solides et c’est précisément sur ce point que porte le soutien fourni par cette série d’opérations qui va étayer les efforts du gouvernement à renforcer la transparence et la capacité des agences de vérification externes », a-t-il indiqué. Il s’agit d’une part, selon lui, d’améliorer la transparence, de renforcer les procédures de contrôle des effectifs, de limiter les occasions de corruption et de réduire les subventions inefficaces et d’autre part, d’optimiser la gestion des investissements publics, d’accélérer les procédures de passation des marchés et de renforcer les capacités de gestion budgétaire des autorités locales. Paul Noumba Um a en outre rappelé que cette opération de soutien à la reprise et aux réformes de la gouvernance qui s’appuie aussi sur les efforts entrepris au cours de la transition politique avec le crédit de soutien au redressement et à la réforme mis en œuvre en 2013, a été élaborée en concertation avec le Fonds monétaire international.
Le directeur des opérations de la Banque mondiale au Mali a réitéré la disponibilité de son groupe à poursuivre ses appuis aux efforts du gouvernement en vue d’améliorer la transparence et donc l’efficacité des dépenses publiques et la mise en œuvre des projets en bonne synergie et dans la complémentarité requise avec les autres partenaires techniques et financiers.
Le ministre de l’Economie et des Finances a exprimé la gratitude de notre pays envers les autorités de la banque pour leur soutien à la reprise. « Malgré la crise, la Banque mondiale a continué à financer les projets d’investissement. Ce qui a contribué à poursuivre la dynamique économique. Concernant le présent appui budgétaire, il traduit l’encouragement des plus hautes autorités de la banque ainsi que leur engagement constant à accompagner le Mali durant la période difficile que le pays a traversé », s’est félicitée Mme Bouaré Fily Sissoko.
Elle a remercié l’institution financière pour l’accompagnement visant à renforcer le cadre réglementaire de passation des contrats militaires, pour l’expertise et le temps consacrés à notre pays pour pouvoir avancer. Elle a également salué la promptitude avec laquelle notre dossier a été monté par la banque. Au delà de la consistance du montant, elle a surtout apprécié la symbolique. « En 72 heures après approbation du conseil, l’accord a été signé sur le terrain. Les montants seront utilisés à bon escient et le Mali fera tout pour préserver la confiance des bailleurs », a assuré le ministre de l’Economie et des Finances.
F. MAÏGA
You are here: Home News Mali-Banque mondiale : UN APPUI DE TAILLE A LA REPRISE ET AUX REFORMES DE GOUVERNANCE