Réunion interministérielle sur la fièvre Ebola : VIGILANCE ACCRUE

Notre pays n’est pas encore touché, mais il reste sous forte pression. Les derniers développements de la situation de l’épidémie l’incite à  renforcer davantage  son dispositif de prévention.

 

L’épidémie de fièvre hémorragique à virus Ebola continue de préoccuper vivement le monde. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a même décrété la mobilisation générale contre la poussée de fièvre Ebola. Notre pays n’a pas enregistré de cas. Cependant, il se trouve sous forte pression avec la Guinée Conakry voisine d’où est partie l’épidémie, et la découverte d’un cas au Sénégal il y a quelques jours. Pas question donc de baisser la garde. Bien au contraire. Le Mali doit redoubler les efforts qu’il déploie déjà pour prévenir l’introduction du virus ravageur chez nous.

Le Premier ministre Moussa Mara a dirigé hier une réunion sur la question pour faire le point des actions engagées dans ce sens. La  rencontre a regroupé les ministres de  la Santé et de l’Hygiène publique, Ousmane Koné,  de l’Economie numérique de la Communication et de l’Information, Mahamadou Camara,  des Affaires religieuses et du Culte, Thierno Amadou Hass Diallo.  Plusieurs autres responsables impliqués dans la gestion du dossier ont participé à la réunion.

Le comité de gestion de l’épidémie s’est réuni pour non seulement faire le point de la situation de l’épidémie, mais aussi évaluer ce qui a été fait pour prévenir la maladie, a expliqué le ministre Mahamadou Camara, après la réunion. « «Le  Mali n’est pas encore touché, mais il reste encore des menaces », a  souligné le ministre de l’Economie numérique, de l’Information et de la Communication.  C’est pour cela que le comité de gestion envisage de procéder à l’intensification de la sensibilisation de nos compatriotes et de mettre en place un dispositif renforcé pour contrer cette menace.

Le ministre Camara a souligné que c’est pour cette raison que le comité a élaboré un dépliant qui va être largement diffusé. « Nous allons intensifier la communication en nous appuyant sur les télévisions, les radios communautaires et dans toutes les langues du pays, afin de toucher l’ensemble de nos compatriotes pour les informer sur les risques qu’ils peuvent encourir » a-t-il ajouté.

Lors de la réunion, il a été aussi question d’une éventuelle fermeture des frontières. Le Mali, contrairement  à la plupart des autres pays de la sous-région non contaminés, n’a pas encore fermé ses frontières. Sur ce point le ministre Mahamadou Camara a précisé qu’il  été question d’expliquer les raisons de cette démarche. C’est parce que la fermeture des frontières n’est pas prévue dans les règlements de l’OMS, a-t-il expliqué. « Et nous considérons que nous avons mis à nos frontières un mécanisme qui permet de prévenir la menace », a  rassuré le ministre Camara. Dans les jours à venir, des simulations seront faites dans tout le pays pour prévenir la maladie, a  encore annoncé Mahamadou Camara.

Son collègue des Affaires religieuses et du Culte a, à son tour, témoigné que le message est déjà entendu des leaders religieux. Il s’agit de faire comprendre aux leaders religieux que la  fièvre Ebola fait partie des maladies épidémiques ou  dites du vent, c’est-à-dire des maladies que l’air ou le vent peut transporter. Il précise que là dessus le Coran est très clair et que c’est n’est pas un principe personnel ou d’école. « Ceux qui sont sujets à ces maladies doivent rester chez eux et ne pas apporter la contamination et ceux qui n’ont pas la maladie doivent éviter les endroits où elle sévit»,  a préconisé Thierno Amadou Hass Diallo. « Le dispositif mis en place est tout à fait approprié.  Les mesures appliquées à Maison du Hadj  avec les pèlerins en témoignent.  Elles prouvent que  le Mali est un pays sérieux » a-t-il ajouté

 

F.NAPHO

You are here: Home News Réunion interministérielle sur la fièvre Ebola : VIGILANCE ACCRUE