Etats-Unis/Afrique : LE SOMMET DES OPPORTUNITES DE DEVELOPPEMENT

La capitale américaine accueille cette semaine les dirigeants africains pour explorer les voies et moyens permettant de jeter les bases d’une coopération économique.

Le président de la République Ibrahim Boubacar Keita est arrivé dimanche en début d’après-midi à Washington. Accueilli à l’aéroport militaire Joint Base Andrews par des officiels américains et des membres du gouvernement, le président Keita a pris ses quartiers à l’hôtel Westin Georgetown qui accueille toute la délégation malienne. Il est accompagné par son épouse Mme Keita Aminata Maïga et 8 membres du gouvernement.

Ibrahim Boubacar Keita qui séjournera aux Etats-Unis jusqu’à samedi prochain, prendra part au sommet USA-Afrique à Washington du 5 au 6 août. En compagnie d’une cinquantaine de chefs d’Etat africains, le président Ibrahim Boubacar Keita est invité par le président américain Barack Obama pour ce sommet qui devrait renforcer les liens de coopération entre l’Amérique et notre continent en explorant les opportunités d’affaires mutuellement avantageuses.

Sous le thème général : « Investir dans l’avenir de l’Afrique », le sommet aura pour objectif de consolider les progrès accomplis depuis la tournée du président américain en Afrique, l’année dernière et de promouvoir le commerce et l’investissement avec l’Afrique. L’occasion est bonne aussi pour l’Amérique d’afficher son intérêt pour la sécurité du continent et le développement démocratique de sa population.

Dès ce lundi, le président Keita participera à des activités en marge du sommet. Il sera l’un des invités à la rencontre « Investing in women for peace and prosperity in Africa » (Investir dans les femmes pour la paix et la prospérité en Afrique) dans la matinée. L’après-midi, il sera à la réception au Congrès en l’honneur des chefs d’Etat. Ensuite, il rencontrera le président de la Banque mondiale au siège de l’institution. En début de soirée, le président Keita participera à la réception de Timbuktu Renaissance. La soirée sera consacrée au dîner des chefs d’Etat et des chefs d’entreprises dans le cadre du Forum d’affaires Etats-Unis/Afrique qui se tiendra dans la journée du mardi. Le président de la République participera à cet événement au cours duquel 300 hommes d’affaires américains et africains se rencontreront pour discuter des opportunités. Les hommes d’affaires africains ont été choisis par les ambassades américaines dans tous les pays participants. Dans la soirée de mardi, il est prévu un dîner officiel offert à la Maison Blanche par le président Obama à ses hôtes africains. L’occasion sera bonne pour le dirigeant américain de souligner l’intérêt de son pays pour le continent africain.

 

TRIES SUR LE VOLET. Cet intérêt de l’Amérique pour l’Afrique se manifeste déjà par la création par le président Obama du programme « Mandela Washington fellowship for young african leaders » qui a accueilli un demi millier de jeunes africains dont 6 compatriotes à partir de juin dernier pour 6 semaines dans des universités américaines. Affiché par le gouvernement américain comme une concrétisation de la volonté du président Obama d’investir dans l’avenir de l’Afrique, le « Young african leaders initiative » (YALI) permet aux jeunes leaders africains triés sur le volet d’acquérir les connaissances et les contacts dont ils ont besoin pour faire évoluer leur plan de carrière et participer de manière plus énergique à la consolidation des institutions démocratiques, au développement de la croissance économique et au renforcement de la paix et de la sécurité en Afrique. Cette année 500 jeunes leaders ont été choisis parmi 80.000 candidats.

Lors de sa rencontre avec ces jeunes leaders africains fin juillet, le président Obama a promis de porter le nombre des invités annuels à 1000 d’ici l’été 2016. Il a annoncé également la création de quatre centres régionaux de leadership en Afrique du Sud, au Ghana, au Kenya et au Sénégal pour accroître la portée géographique du programme « Mandela Washington fellowship for young african leaders ». Dès 2015, ces centres permettront d’accroître le nombre et la qualité des programmes de formation au leadership proposés aux jeunes leaders africains ainsi que leurs perspectives de formation professionnelle. Chaque centre fonctionnera sur un modèle de partenariat public-privé, afin d’exploiter au mieux à la fois l’énergie et le dynamisme du secteur privé, le savoir-faire institutionnel des Africains et des Américains, les moyens du gouvernement américain en matière d’organisation de projet et d’enseignement. Les centres auront pour vocation première de mobiliser les jeunes leaders issus d’organisations très diverses, d’horizons variés et avec des parcours très différents.

Les jeunes du programme bénéficieront d’un suivi qui se manifestera par des stages dans des entreprises du secteur privé comme Microsoft et des ONG internationales comme Partners for democratic change. Ils constitueront des binômes avec des mentors qui les guideront et les aideront à mettre en pratique les acquis théoriques et les nouvelles compétences de leur formation. Ces mentors sont des dirigeants de l’industrie issus du secteur privé, public et à but non lucratif, notamment de multinationales et d’organisations américaines ayant des activités en Afrique. Les jeunes leaders auront accès à des fonds spécifiques pour financer leurs idées, entreprises et associations.

Dans le cadre de l’aide aux associations de proximité, il est prévu un appui financier à ceux qui lancent ou développent leur ONG, mettent en oeuvre des projets visant à améliorer les conditions de vie de leurs concitoyens, ou collaborent à la mise en place du réseau de jeunes leaders africains.

L’Amérique offre ainsi de formidables opportunités à de milliers de jeunes africains ambitieux de se mettre les pieds à l’étrier.

B. TOURE

Envoyé spécial 

You are here: Home News Etats-Unis/Afrique : LE SOMMET DES OPPORTUNITES DE DEVELOPPEMENT