Tombouctou : Moulaye, le résistant à l’occupation, n’est plus

Moulaye Almoustapha, l’homme qui défiait les occupants à Tombouctou, n’est plus depuis ce 28 juin. Pendant les périodes les plus sombres de l’occupation, Moulaye a marqué les esprits dans la Cité mystérieuse. Il était le seul qui manifestait ouvertement son attachement au Mali. Sur sa case, il hissait un drapeau malien bien en vue. Armé d’un gros gourdin, il se disait prêt à affronter quiconque voudrait l’empêcher d’exprimer son attachement à la mère patrie.

L’homme portait toujours un uniforme des forces armées et arborait même des grades fictifs. Son comportement irritait les islamistes, maîtres de la ville à l’époque. Ceux-ci l’ont fait arrêter plusieurs fois par la police islamique.

Les habitants de la ville se souviennent encore que Moulaye fut le seul à s’opposer à une marche organisée par les islamistes à Tombouctou pour protester contre la mort des prêcheurs mauritaniens à Diabaly en 2012.

Né en 1968 à Tombouctou, Moulaye Almoustapha est mort aux environs de 19 heures des suites d’une longue maladie au CSREF de Tombouctou.

Ce n’est que quand son état de santé s’est sérieusement dégradé que les gens ont réalisé qu’il était atteint d’une maladie grave. Conduit à l’hôpital, le médecin a conclu qu’il fallait une intervention chirurgicale. Ce qui fut fait grâce à la solidarité de ses amis qui n’ont pas lésiné sur les moyens financiers pour les médicaments et autres. Médecins, parents, amis… tout le monde s’est mobilisé pour soigner Moulaye. Mais le mal avait atteint un stade irréversible. Père d’un enfant, Moulaye laisse derrière lui une veuve.

L’ensemble des communautés, à l’annonce de la mauvaise nouvelle, se sont mobilisé pour accompagner Moulaye à sa dernière demeure. Ce fut une véritable marée humaine parmi laquelle on pouvait distinguer de nombreux éléments de l’armée, de la police, de la gendarmerie, de la garde. La communauté musulmane lui a consacré le 29 juin, une grande cérémonie de lecture du saint Coran.

Moulaye était l’ami de tout le monde malgré sa déficience mentale. Très sympathique, l’homme était un grand animateur des causeries. Il n’hésitait pas à clamer que pendant l’occupation, les femmes de Tombouctou se sont montrées plus braves que les hommes. Il rappelait à ce propos le jour où les femmes ont manifesté pour protester contre les agissements des djihadistes. Il expliquait que malgré les coups de feu tirés en l’air par les occupations, les femmes n’ont pas pris la fuite. « Et si c’était vous les hommes dès le premier coup de feu, chacun allait se chercher », taquinait-il.

Dors en paix, toi qui qui te présentais comme un « Malien d’origine depuis le temps de Modibo Keita ».

M. SAYAH

You are here: Home News Tombouctou : Moulaye, le résistant à l’occupation, n’est plus