Consultations exploratoires à Alger : LES MOUVEMENTS ARMÉS ADHÈRENT AU PROCESSUS DE CONSOLIDATION DE LA PAIX

Le processus de paix et de stabilisation des régions du Nord entamé par nos autorités en partenariat avec la communauté internationale se poursuit. Pour la deuxième fois depuis l’éclatement de la crise, l’Algérie a réuni sur son sol les trois groupes armés qui dialogueront avec le gouvernement malien avec comme objectif la consolidation de la dynamique de paix.
 
Cette rencontre intervient après la rupture de fait du processus de négociation à la suite des événements intervenus entre le 17 et le 21 mai dernier à Kidal. Le Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA), le Haut conseil pour l’unité de l’Azawad (HCUA) et le Mouvement arabe de l’Azawad (MAA), tous les trois signataires de l’accord de cessez-le feu du 23 mai négocié par le président de l’Union africaine, ont réaffirmé lundi soir à Alger leur volonté d’œuvrer à la « consolidation de la dynamique de paix en cours », a annoncé le ministère algérien des Affaires étrangères.
 
Les groupes armés qui doivent être cantonnés et désarmés conformément aux dispositions des accords préliminaires de Ouagadougou se sont accordés sur la volonté de privilégier les négociations et, par conséquent, de renoncer à la violence.
Ils ont signé « la Déclaration d’Alger », par laquelle ils ont également réaffirmé leur volonté de s’engager dans le dialogue inter malien « inclusif », est-il précisé dans un communiqué, cité par l’agence Algérie presse service (APS).
 
Ce dialogue inter malien vise à trouver une solution « définitive » à l’instabilité dans le nord du Mali par « la prise en charge des revendications légitimes de la population locale dans le plein respect de l’intégrité territoriale et de l’unité nationale du Mali », selon le communiqué. L’adoption de la « Déclaration d’Alger » s’inscrit dans « l’esprit » des consultations exploratoires engagées par l’Algérie pour réunir les conditions de « succès » du dialogue inter malien « inclusif », a précisé la même source.
 
Les mêmes groupes armés avaient déjà participé en janvier dernier à Alger à des « consultations exploratoires » en vue de la relance du dialogue inter malien. Ce dialogue intervenait en prolongement des discussions de Ouagadougou entre les autorités de notre pays et les mouvements armés.
 
L’Algérie, qui partage avec notre pays une longue frontière franchie de part et d’autre par des djihadistes et des narco trafiquants, joue un rôle de plus en plus confirmé dans les négociations de paix.
 
En nommant son Haut représentant dans les négociations inter maliennes, le président de la République Ibrahim Boubacar Keita insiste dans sa volonté manifeste de voir la crise du Nord se régler par la seule voie du dialogue. L’ancien Premier ministre Mobibo Kéita a déjà entamé des consultations avec les groupes armés notamment au Burkina Faso où se trouvent plusieurs des leaders de la rébellion.
 
A. M. CISSÉ
You are here: Home News Consultations exploratoires à Alger : LES MOUVEMENTS ARMÉS ADHÈRENT AU PROCESSUS DE CONSOLIDATION DE LA PAIX