Conférence de presse de la MINUSMA : UNE RÉELLE MONTÉE EN PUISSANCE

Dans ses divers secteurs d’intervention, la Mission trouve progressivement sa vitesse de croisière.

La directrice et porte-parole de la division Communication et information publique de la Mission intégrée des nations unies pour la stabilisation du Mali (MINUSMA), Radhia Achouri, a animé mercredi dernier au siège de la mission à l’hôtel Laïco Amitié de Bamako, un point de presse. L’objectif était d’informer l’opinion malienne du voyage que le représentant spécial du secrétaire général de l’ONU, chef de la MINUSMA Albert G. Koenders entreprendra bientôt à New York à l’occasion de la présentation du rapport du Secrétaire général sur la situation au Mali au Conseil de sécurité des Nations unies. La présentation et les débats suir le document auront lieu le mercredi 23 avril.


Radhia Achouri a saisi l’occasion pour dresser un bilan de l’activité de Mission dans notre pays. Elle a d’abord fait état des visite de courtoisie rendues par Koenders au Premier ministre et à certains membres du nouveau gouvernement. Visites au cours desquelles ont été abordées les activités en cours de la MINUSMA et les moyens susceptibles de faire avancer le processus de paix et la réconciliation nationale. Le représentant spécial avait auparavant eu des entretiens avec le président mauritanien et président en exercice de l’Union africaine, Mohamed Ould Abdel Aziz, entretiens qui ont porté notamment sur le processus de paix en cours au Mali, sur la question du dialogue politique inclusif, sur les problèmes de sécurité persistants et sur la nécessité d’exécuter le mode opératoire sur le cantonnement qui a été signé par les parties le 18 février à Bamako.

Albert G. Koenders s’est rendu au début de ce mois à Tessalit, Tombouctou et Ber où les rencontres avec des responsables de la MINUSMA et des responsables administratif ont concerné le renforcement de la sécurisation de la population, la fourniture de services de base (eau, électricité, téléphone) et l’accueil des réfugiés et les personnes déplacées qui reviennent en nombre croissant.

LES SITES PRIORITAIRES DE CANTONNEMENT. Mme Achouri a indiqué qu’à ce jour, les effectifs militaires de la MINUSMA s’élèvent à 6.618 casques bleus. Au 1er mai, l’effectif déployé sur le terrain s’élèvera à plus de 8.000 hommes avec l’arrivée attendue de 1400 soldats du contingent bengalais et 400 soldats de la contribution hollandaise. Le planning des autres unités est encore à confirmer, mais les forces onusiennes atteindront 10.000 hommes au premier juillet 2014. En terme d’équipement, la mission recevra bientôt 4 hélicoptères d’attaque (au courant du mois de juin) et 3 hélicoptères additionnels pour le transport de nos troupes (au mois de septembre). Ces moyens supplémentaires permettront certainement de couvrir plus de terrain et d’accroitre l’efficacité du travail des forces, surtout en termes de protection et de rapidité de réponse.

Il est à noter que les forces onusiennes ont effectué depuis le 1er juillet 2013 jusqu’à ce jour plus de 3.000 patrouilles (courte portée, longue portée et mixtes). Dans le même laps de temps, de juillet 2013 au 31 mars 2014, la police des Nations unies a effectué 6753 patrouilles, y compris des patrouilles conjointes avec les forces de sécurité maliennes, formé des officiers maliens dans divers domaines de spécialisation, fourni une assistance technique opérationnelle aux forces de sécurité maliennes et organisé des formations itinérantes dans les régions du Nord. A cela s’ajoutent des actions de caractère social (distribution d’eau, dons de matériels scolaires, consultations médicales).

Autre point important évoqué par Radhia Achouri : ce mois-ci, les représentants du gouvernement du Mali et de groupes armés ont commencé le processus de reconnaissance et de sélection des futurs sites de cantonnement dans le Nord du pays, avec l’appui de la MINUSMA. Différents sites proposés sont donc en train d’être visités et évalués sur la base d’un certain nombre de critères techniques et sécuritaires, et en consultation avec les communautés et autorités locales. Des missions de reconnaissance de site de cantonnement potentiel, composées d’une équipe de représentants du gouvernement et des groupes armés concernés, avec l’appui de la MINUSMA, ont été lancées les 3 et 4 avril à Kidal et à Gao. D’autres missions dans les régions de Tombouctou et de Gao vont suivre prochainement.

CRÉÉR DES CENTRES D’ÉCOUTES. Une fois ces reconnaissances terminées, les sites prioritaires de cantonnement choisis seront validés par la Commission technique mixte de sécurité (CTMS). La MINUSMA lancera la construction des infrastructures qui accueilleront les combattants sur les sites choisis. La construction du premier site de cantonnement pour le HCUA a commencé la semaine dernière) dans une zone se situant à 40 kilomètres en dehors de la ville de Kidal avec le forage d’un puits, grâce à l’appui de l’UNOPS (Bureau des nations unies pour l’appui aux projets. La MINUSMA a d’ores et déjà commencé à appuyer les processus de pré-cantonnement des combattants des MNLA et HCUA en fournissant de l’eau et de la nourriture sur les trois premiers sites « pilotes » approuvés par le CTMS dans la région de Kidal en septembre 2013. Elle vient également de lancer la construction du premier de ces trois sites pilotes (à l’extérieur de Kidal).

Radhia Achouri a fait également le point sur les discussions en cours avec les autorités maliennes, notamment l’ouverture des enquêtes contre les auteurs présumés de crimes se trouvant dans les rangs des forces de sécurité maliennes. Des discussions sont aussi en cours entre les différentes composantes de la MINUSMA et plusieurs ministères maliens afin de mettre en place une cellule d’enquête spécialisée visant à renforcer les capacités de la justice malienne dans le cadre d’une enquête globale relative aux crimes commis dans le Nord du pays. Cette cellule d’enquête devrait permettre la centralisation des efforts dans les cas où le transfert de la compétence juridictionnelle du tribunal de la Commune III aux autorités du Nord est finalisé. Les autorités maliennes ont également évoqué la possibilité de créer des centres d’écoutes dans le but de rapprocher les services judiciaires des victimes.

Outre l’appui pour la réhabilitation des tribunaux et des lieux de détention au Nord, la MINUSMA s’implique dans les préparatifs pour les prochaines élections communales prévues au mois d’octobre. Dans ce cadre, un atelier tenu dernièrement à Sikasso avec le PNUD a permis d’intégrer les enseignements des dernières élections législatives et présidentielles. Ces préparations permettront, dans les semaines à venir, la mise en place d’un plan opérationnel.

Dans le cadre de la stabilisation et du développement rapide, cinq projets à impact rapide d’un montant d’environ 240.000 dollars US et appuyant la réhabilitation et l’équipement des commissariats de police et légions de gendarmerie à Gao, Tombouctou et les environs de Niafunké et Goundam ont été approuvés et seront lancés prochainement. Pour finir, une très bonne nouvelle pour le Mali et les Nations unies : la requête du Mali pour l’éligibilité au Fonds de consolidation de la paix des Nations unies a été approuvée par le Secrétaire général le 2 avril. En conséquence, 7 millions de dollars US seront disponibles pour appuyer les activités des Nations unies au Mali dans les domaines clés, notamment la réconciliation nationale et le dialogue national, la sécurité et la justice, le retour de l’administration et la gouvernance inclusive ; et la réinsertion des réfugiés et des personnes déplacées.

C.A. DIA 

You are here: Home News Conférence de presse de la MINUSMA : UNE RÉELLE MONTÉE EN PUISSANCE