Visite du président Ibrahim Boubacar Kéita en Guinée : UN TOURNANT QUALITATIF DANS DES RELATIONS SINGULIERES

Les deux pays que tout lie ont signé plusieurs accords dans les domaines, de l’énergie, du transport, de l’agriculture, des travaux publics, de la culture.

La visite d’amitié et de travail que le chef de l’Etat, Ibrahim Boubacar Keïta, a effectuée, du 10 au 12 mars, en Guinée fera sans doute date dans les relations entre les deux pays. Elle s’inscrivait dans le cadre de la consolidation des liens séculaires particuliers d’amitié et de coopération fraternelle qui ont toujours existé entre les deux pays. Le président de République était accompagné d’une délégation de haut niveau comprenant notamment le ministre du Développement rural, le Dr Bokary Téréta, son homologue de l’Equipement et des Transports, le général Abdoulaye Koumaré, le directeur de cabinet du président de la République, Mahamadou Camara.

Au cours de sa visite, le président Keita et son homologue, le Pr Alpha Condé, ont eu plusieurs tête-à-tête. Des rencontres bilatérales au niveau ministériel ont permis aux parties de faire un large tour d’horizon de la coopération afin de lui impulser une nouvelle dynamique suivant la volonté et l’orientation des deux chefs d’Etat.

Le président IBK, en marge de sa première visite de travail et d’amitié, a procédé à l’inauguration officielle des Entrepôts maliens en Guinée (EMAGUI) et a rencontré la forte communauté malienne résidant dans ce pays.

Au terme de cette visite, Maliens et Guinéens, ont signé plusieurs accords de coopération.

Le communiqué conjoint qui a sanctionné la visite, souligne l’importance de la visite du président Keita qui illustre une fois de plus, la détermination du Mali à perpétuer, à diversifier et à approfondir les relations étroites et confiantes entretenues par les deux peuples, depuis l’aube des temps. Alpha Condé a renouvelé à son homologue malien ses chaleureuses félicitations pour sa brillante élection à la magistrature suprême. Il l’a aussi assuré de la totale disponibilité de la Guinée à accompagner le Mali dans ses efforts visant à consolider la sécurité, la stabilité, et à préserver l’intégrité territoriale et la souveraineté. Saluant la ferme volonté de Ibrahim Boubacar Keita à conduire un dialogue national inclusif, dans le respect des différentes résolutions des Nations unies, du Comité de paix de l’Union africaine et de la CEDEAO, Alpha Condé a lancé un appel pressant à la communauté internationale pour un soutien accru à la lutte contre l’intolérance, l’extrémisme et le fanatisme, terreaux du terrorisme, que mène le Mali.

Quant au président Ibrahim Boubacar Keita, il s’est dit impressionné par l’accueil chaleureux, amical et fraternel qui lui a été réservé durant son séjour et a réaffirmé sa détermination à sceller davantage le pacte d’amitié qui lie les peuples malien et guinéen. Il a félicité son frère et ami Alpha Condé pour les nombreux progrès accomplis par la Guinée dans la voie du renforcement de l’État de droit, de la promotion de la démocratie et des libertés fondamentales.

 

HOMMAGE AUX PERES FONDATEURS. A propos des relations entre les deux pays, les deux chefs d’Etat ont réaffirmé leur détermination totale à conjuguer leurs efforts pour promouvoir davantage l’amitié et l’estime réciproques qu’entretiennent jalousement leurs peuples. Ils ont, à cet égard, rendu un vibrant hommage aux pères fondateurs des deux Etats, feus les présidents Modibo Keita et Ahmed Sékou Touré pour leur esprit visionnaire d’une Afrique indépendante et unie. A ce propos, il faut rappeler la signature, le 20 mai 1964, d’une convention qui accordait aux ressortissants des deux pays un statut privilégié dans l’un ou l’autre Etat. S’inscrivant dans cette dynamique, les présidents Keita et Condé se sont engagés à explorer tous les mécanismes concourant à créer un climat propice pour un partenariat viable, exemplaire et mutuellement avantageux, susceptible d’accélérer le développement intégré des deux États.

En guise d’illustration de cette volonté de coopération, Ibrahim Boubacar Keïta s’est félicité de la mise à la disposition de notre pays d’un terrain de 5 hectares pour l’installation d’entrepôts. Il a mis à profit sa visite pour inaugurer ces entrepôts sur le site de Friguiadi, dans la préfecture de Coyah. Dans cette logique, les deux chefs d’État ont instruit aux ministres des Affaires étrangères de tout mettre en œuvre pour la tenue régulière de la Grande commission mixte de coopération.

La visite du président Keita a permis aux deux pays de signer plusieurs accords de coopération. Dans le domaine de l’Énergie et de l’Hydraulique, les deux parties ont signé un protocole d’accord pour la création d’un Comité interministériel de concertation pour la mise en œuvre du projet de barrage à buts multiples de Fomi. Elles ont invité, par ailleurs, les deux gouvernements à accélérer le processus de ratification de la Convention cadre de coopération entre les huit États tributaires des eaux du massif du Fouta Djallon. Elles ont également encouragé une coopération pour l’électrification rurale dans les zones frontalières. Les deux parties ont par ailleurs rappelé la nécessité d’encourager le développement rapide des barrages de Koukoutamba, Bouréya et Bassa en mode de financement PPP tel qu’envisagé par le Haut commissariat de l’Organisation de mise en valeur du fleuve Sénégal (OMVS). Dans le domaine des transports, les deux parties ont réaffirmé leur volonté de poursuivre les actions initiées en vue de favoriser l’intégration de leurs économies, de faciliter la libre circulation des personnes et des biens et d’assurer la fluidité du trafic sur les corridors routiers. A cet effet, elles ont signé un protocole d’accord relatif au projet d’interconnexion ferroviaire Conakry-Kankan-Bamako. Par ailleurs, les deux délégations ont reconnu la nécessité de relancer le transport fluvial entre les deux pays, y compris par le dragage du lit du fleuve Niger. Elles ont en outre encouragé la création d’une compagnie sous-régionale de transport aérien en vue de résorber le déficit dans ce secteur.

 

UNITE D’ACTION. Dans le domaine des travaux publics, les deux parties ont souligné la nécessité de réhabiliter le réseau routier Conakry-Bamako et de relancer la construction des transversales Dinguiraye-Mali. En ce qui concerne la coopération transfrontalière, Maliens et Guinéens se sont engagés à appuyer la feuille de route conjointe pour la matérialisation des frontières, convenue à Bamako en 2013 et la mise en œuvre du cadre de concertation entre collectivités territoriales pour une meilleure intégration des communautés.

En matière d’agriculture, les deux parties ont décidé de se concerter autour de leurs priorités communes, inscrites notamment dans l’agenda du Comité Inter-Etat de lutte contre la sécheresse dans le Sahel (CILSS). Pour ce qui est de l’élevage, les deux parties se sont résolues à rendre opérationnels les axes prioritaires de partenariat identifiés dans le procès-verbal de la réunion des experts des deux pays, signé à Bamako le 29 mai 2010. Il s’agit notamment de la gestion de la transhumance transfrontalière, de la lutte contre les maladies animales et des échanges commerciaux sur le bétail.

Sur le plan culturel, les pays ont appelé à l’intensification des efforts en vue de la préservation du riche patrimoine culturel et historique commun notamment par la réhabilitation de Niani, du port de Galiéni et de l’organisation du festival du Kora du Niger.

Les présidents Ibrahim Boubacar Keïta et Alpha Condé ont mis un accent particulier sur la nécessaire dynamisation des échanges entre les deux pays et appelé l’implication du secteur privé dans le développement économique et la relance d’une croissance soutenue, créatrice d’emplois décents pour les jeunes et levier de l’autonomisation des femmes. Les deux dirigeants ont également décidé d’intensifier leur coopération dans le domaine sécuritaire pour endiguer les crimes transfrontaliers, le narcotrafic, la circulation illicite des armes légères et de petit calibre qui inhibent la paix et la stabilité en Afrique de l’Ouest et au Sahel en particulier, et dans tout le continent en général.

Les deux chefs d’Etat ont, enfin, exprimé leur profonde préoccupation face à la détérioration alarmante de la situation sécuritaire et humanitaire en Centrafrique. Ils se sont aussi engagés à consolider leur unité d’action au sein des organisations sous-régionales, régionales et internationales pour promouvoir leur participation dans la gestion des affaires mondiales.

You are here: Home News Visite du président Ibrahim Boubacar Kéita en Guinée : UN TOURNANT QUALITATIF DANS DES RELATIONS SINGULIERES