Minusma : SIX MOIS APRES…

A la faveur d’une conférence de presse, le chef de la Mission, Bert Koenders, a dressé un bilan positif de l’opération onusienne qui a fourni un accompagnement précieux aux progrès majeurs réalisés par notre pays.

La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (Minusma) a été créée par la résolution 2100 en date du 25 avril 2013 du Conseil de sécurité. C’est à partir du 1er juillet de la même année qu’elle a commencé à se déployer. Sa mission est d’appuyer le processus politique dans le pays et d’effectuer un certain nombre de tâches d’ordre sécuritaire. Il s’agissait d’aider les autorités à stabiliser le pays et appliquer la Feuille de route de la Transition.

La mission devait accorder une attention prioritaire aux principales agglomérations et aux axes de communication, en protégeant les civils, en surveillant la situation des droits de l’homme, en mettant en place les conditions indispensables à l’acheminement de l’aide humanitaire, au retour des déplacés, au rétablissement de l’autorité de l’État et à la préparation d’élections libres, ouvertes à tous et pacifiques.

Six mois après son déploiement, quel bilan peut-on faire de l’action de la Minusma ? Le représentant spécial du secrétaire général des Nations unie, Bert Koenders a animé jeudi une conférence essentiellement consacrée à ce bilan. C’était au siège de la Mission à Bamako.

Après avoir rappelé le contexte dans lequel la Minusma a été mise en place, Bert Koenders est revenu sur les tâches qui lui ont été confiées : l’accompagnement du gouvernement et des acteurs maliens pour la sécurisation et la stabilisation des régions du Nord, le rétablissement de l’autorité de l’Etat sur toute l’étendue du territoire, la protection des droits de l’homme, le retour de la justice et la réforme du secteur de la sécurité.

Le mandat comprend aussi le soutien et l’accompagnement des négociations inclusives et la facilitation de tout progrès vers le dialogue ouvert à tous et la réconciliation. Pour pouvoir effectivement exécuter son mandat, la Mission a ouvert des bureaux régionaux à Mopti, Tombouctou, Gao et Kidal.

« Nos collègues sur le terrain travaillent en étroite collaboration avec les autorités locales, la société civile et la population afin d’identifier les problèmes et les besoins, et surtout proposer des solutions adéquates. Sur ce point, je tiens à faire savoir que la Minusma se veut proche de toute la population malienne, sans exclusion ni discrimination », a assuré Koenders en soulignant que la Mission et tout le Système des Nations unies ont contribué par leurs efforts à la stabilisation du pays en apportant un soutien sécuritaire, politique et humanitaire, particulièrement dans les régions du Nord. Ces efforts ont, entre autres, permis le bon déroulement des élections présidentielle et législatives ainsi que le redéploiement progressif de l’administration dans les régions de Tombouctou, Gao et Kidal.

Dans le domaine sécuritaire, notamment au Nord, la présence de la Minusma, en coordination avec les Forces armée maliennes et de sécurité et la force Serval, a permis d’entamer un retour à la normalisation de la situation. La Minusma a aussi été directement impliquée dans la formation d’unités des forces de l’ordre, qui a contribué au déroulement paisible des différents scrutins.

Pour le représentant spécial du secrétaire général des Nations unies, les attentats terroristes sporadiques qui se produisent dans le Septentrion prouvent que la situation n’est pas totalement revenue à la normale. Ainsi, au cours des deux derniers mois, la Minusma a été prise pour cible par des terroristes. En octobre à Tessalit, deux Casques bleus tchadiens ont perdu la vie, et en décembre dans la ville de Kidal, deux Sénégalais ont été tués dans une attaque-suicide.

« Je rends hommage à tous ces hommes qui ont fait l’ultime sacrifice pour la paix et la stabilité au Mali. Ces attaques ont aussi fait de nombreux blessés auxquels je souhaite un prompt rétablissement. Ces événements démontrent qu’il est crucial que nous avancions ensemble pour rétablir la tranquillité à laquelle a droit chaque Malienne et chaque Malien ».

Toujours selon le patron de la Minusma, les Nations unies ont beaucoup investi dans le développement pour l’ensemble de la population. Ainsi 77% des centres de santé et des dispensaires au Nord sont aujourd’hui partiellement ou complètement opérationnels. Aux côtés des partenaires de l’UNICEF et le gouvernement, la Minusma a contribué au retour à l’école de 500 000 enfants sur l’ensemble du territoire. Plus d’un million de personnes ont pu bénéficier de l’aide alimentaire fournie par le Système des Nations unies.

Enfin, de nombreux projets de réhabilitation d’infrastructures sont en cours de réalisation au profit de l’agriculture. D’autres actions vont bénéficier aux organisations de la société civile, aux médias, etc…

Bert Koenders convient que notre pays a enregistré des avancées significatives cette année. La restauration de l’ordre constitutionnel et de l’intégrité territoriale ne sont pas les moindres de ces avancées. « La forte participation au scrutin présidentiel, la mise en place d’un gouvernement et des institutions démocratiquement élues sur toute l’étendue du territoire national sont autant de preuves de l’implication des Maliennes et des Maliens dans le redressement de leur pays », a relevé le chef de la Minusma.

Là aussi, la Minusma et l’ensemble du Système des Nations unies ont accompagné et soutenu ce processus, notamment en transportant dans le Nord le matériel et les agents électoraux.

Pour ce qui est de la réconciliation nationale, l’on retiendra la tenue des États généraux de la décentralisation et des Assises nationales sur le Nord. Ces initiatives démontrent la détermination du peuple malien à aller de l’avant, vers le changement et le retour à la cohésion nationale.

A côté de ces progrès indéniables, les défis à relever restent nombreux. Le processus de cantonnement et de désarmement des groupes armés se trouve encore dans une phase préliminaire. Le retour des institutions de la justice dans les régions du Nord doit s’accélérer. La Minusma est déterminée à appuyer fortement ces processus.

Bert Koenders a fait part de son grand espoir que 2014 verra une véritable réconciliation permettant le développement économique, la stabilité politique et sociale qui pourra apporter à la nation malienne la paix et l’harmonie.

A. DIARRA 

You are here: Home News Minusma : SIX MOIS APRES…