Résolution 2100 et l'intervention du Ministre des Affaires Etrangères au Conseil de Sécurité de l'ONU

[Lire la Resolution2100]

Monsieur le Président,

C’est pour moi un insigne honneur de prendre la parole à l’occasion de la présente réunion du Conseil de sécurité portant sur la situation au Mali.

Aussi, voudrais-je, tout d’abord, m’acquitter d’un agréable devoir, celui de féliciter et remercier sincèrement la présidence rwandaise ainsi que tous les membres du Conseil pour le travail remarquable accompli durant ce mois d’avril.

            Mes remerciements s’adressent également au Secrétaire général des Nations Unies, M. Ban Ki-moon, pour les efforts inlassables qu’ils déploient non seulement en faveur d’un règlement définitif de la grave crise malienne, mais également pour la paix, la stabilité et le développement au Sahel.

Monsieur le Président,

La Résolution 2100 que le Conseil de sécurité vient d’adopter, à l’unanimité, marque une étape importante dans le processus visant à endiguer les activités des groupes terroristes et rebelles d’Aqmi, du MUJAO, d’Ansar Dine et du MNLA, favoriser le dialogue et la réconciliation entre Maliens, et assurer la paix et la stabilité sur toute l’étendue du territoire national.   

Ma délégation se réjouit tout particulièrement de l’adoption de cette résolution qui décide du transfert des compétences de la Mission internationale de soutien au Mali sous conduite africaine (MISMA) à la nouvelle Mission de stabilisation intégrée et multidimensionnelle des Nations Unies au Mali (MINUSMA), créée en vertu du Chapitre VII de la Charte des Nations unies.

 Le Mali est pleinement disposé à accueillir cette mission qui sera dotée d’un mandat axé, entre autres, sur la stabilisation des grandes agglomérations du nord, le rétablissement de l’autorité de l’Etat, le soutien à la feuille de route,  y compris le dialogue politique et le processus électoral, la protection des civils, la promotion et la protection des droits de l’homme ainsi que l’assistance humanitaire.

 

Monsieur le Président,

Grâce à l’action conjuguée de l’Opération Serval, des troupes de la MISMA et des forces armées et de sécurité maliennes, des avancées significatives ont été enregistrées sur le plan sécuritaire, avec notamment la reconquête des principales villes du nord et du centre.

Malgré l’espoir suscité par les succès des opérations militaires qui ont permis le rétablissement progressif de l’administration dans certaines localités, la présence des groupuscules armés terroristes et rebelles continuent de représenter une menace sérieuse à la stabilité et à l’intégrité territoriale du Mali ainsi qu’à la paix et la sécurité dans la région.

            C’est pourquoi, le Gouvernement du Mali accueille favorablement l’engagement de la communauté internationale à prendre des mesures actives pour dissuader et empêcher le retour des groupes armés.

          Comme l’exige la résolution 2100, les groupes armés rebelles doivent non seulement déposer les armes, mais aussi cesser immédiatement les hostilités et reconnaître sans condition l’unité et l’intégrité territoriale de la République du Mali.  

 

Monsieur le Président,

              Les guerres et les conflits ont des effets dévastateurs sur le développement. Il ne fait aucun doute qu’il ne peut y avoir de développement durable sans paix et sans sécurité.

              C’est pourquoi, je voudrais du haut de cette tribune, lancer un appel à la communauté internationale pour une meilleure coordination de son action à l’effet de répondre efficacement aux besoins immédiats et à long terme du Mali et des États de la région dans les domaines de la sécurité, de la gouvernance, du développement et de l’humanitaire.

              Nous osons espérer que la Conférence internationale de haut niveau des donateurs qui se tiendra à Bruxelles, le 15 mai 2013, en vue d’accompagner le Mali dans son développement, atteindra les résultats escomptés.

              Nous saisissons cette occasion pour remercier les pays ayant annoncé des contributions à la Conférence des donateurs organisée par l’Union africaine à Addis-Abeba, le 29 janvier 2013, pour appuyer la MISMA et les Forces de défense et de sécurité maliennes.

                   Nous les exhortons à tenir leurs promesses et invitons d’autres États Membres et organisations régionales et internationales à accompagner cet élan de solidarité.

 

Monsieur le Président,

A l’heure actuelle, le Gouvernement de transition s’attèle activement à la mise en œuvre de sa feuille de route, à travers, notamment, l’organisation d’élections justes, libres et transparentes et le démarrage effectif d’un processus de dialogue inclusif inter- maliens.

           Participe de cette dynamique, la  mise en place d’une Commission Dialogue et Réconciliation, avec la nomination de son Président et de ses deux Vice-présidents, ainsi que celle de ses trente Commissaires qui sont représentatifs de la diversité de la nation malienne.

 

Monsieur le Président,

Permettez-moi deremercier, au nom du Président de la République, le Professeur Dioncounda TRAORE, les membres du Conseil de sécurité et le Secrétaire général pour leurs efforts inlassables ayant abouti à l’adoption de la présente résolution.

Dans le même élan, je voudraisréitérer la détermination du Gouvernement de transition à coopérer pleinement avec le Conseil de sécurité et à jouer le rôle qui lui incombe dans le cadre de mise en œuvre de cette résolution.

 

Monsieur le Président,

Je voudrais égalementrendre un vibrant hommage à la France pour avoir permis, dans le respect de la légalité internationale, de porter un coup d’arrêt à l’offensive des groupes terroristes au Mali, mais aussi pour son engagement à appuyer la MINUSMA.

Pour conclure, je tiens à exprimer la profonde gratitude du Gouvernement du Mali à la CEDEAO, à l’Union africaine, à l’Union européenne, aux Nations unies, à l’Organisation de la coopération islamique, à nos partenaires bilatéraux et multilatéraux, aux pays voisins et à tous les Etats de la région pour leur précieux accompagnement dans le processus de règlement de la crise malienne.

Je vous remercie de votre aimable attention.

 

[Lire la Resolution2100]

 

You are here: Home News Résolution 2100 et l'intervention du Ministre des Affaires Etrangères au Conseil de Sécurité de l'ONU