Rencontre d’information et de sensibilisation sur la Conférence Internationale « Ensemble pour le Renouveau du Mali »: INTERVENTION DU MINISTRE DE L’ECONOMIE DES FINANCES ET DU BUDGET, Monsieur Tièna COULIBALY

Washington, le 18 avril 2013

-          Mesdames et Messieurs les Administrateurs de la Banque Mondiale et du Fonds Monétaire International,

-          Monsieur le Président de la Banque Mondiale,

-          Madame la Directrice Générale du FMI,

-          Honorables invités, en vos rangs et qualités,

-          Mesdames, Messieurs,

Je voudrais d’abord souhaiter à toutes et tous, la bienvenue à cette importante rencontre organisée en marge des réunions de Printemps, pour informer et sensibiliser les Partenaires Techniques et financiers actuellement présents à Washington sur la Conférence Internationale que nous avons convenu d’appeler « Ensemble pour le Renouveau du Mali ».

Au nom des plus hautes autorités maliennes et de l’ensemble du Peuple malien, je salue hautement cette initiative et l’apprécie à sa juste valeur car il s’agit là d’un signal fort de l’engagement de la Communauté internationale en faveur du Mali pour sa sortie définitive de crise.

En effet, Mesdames et Messieurs, la crise politico sécuritaire et les attaques de groupes armés, conjuguées avec les  évènements du 22 mars 2012 ont plongé le Mali dans une situation de crise politique, sociale, institutionnelle, sécuritaire et économique sans précédent.Pour la première fois depuis l’indépendance, l’intégrité territoriale du Mali a été menacée,  remettant en cause la capacité interne du Mali à faire face aux innombrables défis, en premier lieu la garantie de sécurité physique des biens et personnes.

Cette situation a entraîné la suspension de la quasi-totalité  de l’aide publique au développement, exceptées l’aide d’urgence et l’aide directe aux populations. De ce fait une révision de la loi des finances a été effectuée : selon la loi des finances rectifiée 2012, les ressources de l’Etat ont diminué de 30% et les dépenses globales de 33% essentiellement au détriment des dépenses d’investissement. Il s’en est suivi une contraction de l’activité économique qui s’est traduite par: (i) la fermeture de beaucoup d’établissements hôteliers et touristiques, et autres structures du secteur tertiaire, (ii) le ralentissement des activités du secteur secondaire en particulier du BTP et des industries, (iii) la diminution des investissements directs étrangers. Le pays était alors plongé dans une récession profonde avec un taux de croissance de -1,2% (contre 4,3% en 2011).

En plus, la situation sociale s’est dégradée avec comme indicateurs:

-          une nette augmentation du taux d’inflation (5,3%) du fait de la hausse des prix des produits alimentaires et pétroliers. Le taux était de 3,5% en 3011.

-          une augmentation de la pauvreté d’un point de pourcentage, passant de 41,7% en 2011 à  42,7% en 2012 ;

-          une crise alimentaire quasi généralisée résultant de la mauvaise campagne agricole 2011/2012 ;

-          un important mouvement de près de 400 000 personnes déplacées à l’intérieur et dans les pays voisins.

Il me paraît aussi important de souligner que, dans les zones occupées par les terroristes, la disponibilité et la qualité des services sociaux de base (éducation, santé, eau et assainissement etc) ont été nettement dégradées : beaucoup d’écoles et des centres de santé ont été fermés de fait, la fourniture d’eau potable arrêtée, compromettant ainsi les avancées qui étaient faites vers la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD).

 

Mesdames et Messieurs,

C’est vous dire que l’année 2012 a été extrêmement difficile pour le Mali. Dans cette situation, les portes n’ont heureusement pas été fermées par les institutions de Bretton Woods ni par les fonds arabes, particulièrement la Banque Islamique de Développement,  dans la recherche de sortie de crise. Les missions effectuées par ces institutions courant 2012 ont conduit à la reprise de l’aide projets du côté Banque mondiale, à la conclusion d’un programme intérimaire avec le FMI et à la poursuite du financement de certains grands projets par la BID.

Au-delà des institutions de Bretton Woods et de la BID, mon pays, le Mali, est reconnaissant de la mobilisation quasi générale de la Communauté Internationale en sa faveur. Cette Communauté est fortement déterminée à appuyer le Mali pour une sortie définitive de la crise et l’amorce d’un développement socioéconomique inclusif et durable. C’est dans ce cadre que se situe la conférence internationale de donateurs « Ensemble pour le Renouveau du Mali » qui aura lieu  à Bruxelles le 15 mai 2013.

 

Mesdames et Messieurs,

Je me réjouis de la tenue de la présente rencontre car elle constitue un tournant important pour la réussite de la Conférence de Bruxelles, occasion que nous espérons unique dans notre histoire, pour mobiliser, au plus haut niveau, plus d’une centaine d’Etat et d’organisations internationales, autour de nos politiques et stratégies à court, moyen et long termes.

Un accent particulier sera mis sur les actions de court terme telles que traduites dans la Feuille de route pour la transition et aussi des actions qui permettent un retour du pays à la normalité dès 2014: soutien aux secteurs sociaux, relance de l’économie, amélioration de la gouvernance, etc.

Je voudrais d’ores et déjà profiter de cette tribune pour réitérer la reconnaissance du Gouvernement et de l’ensemble du Peuple malien, au peuple de France, au Gouvernement et au Président de ce pays, pour avoir, par l’opération Serval, stoppé l’avancée des terroristes et engagé l’action de reconquête du territoire.

Le Mali remercie tous les pays qui ont engagé des troupes dans la MISMA (le Tchad et les pays de la CEDEAO) et l’Union Africaine pour toutes les initiatives qu’elle a prises en faveur du Mali pour une sortie de crise.

Nos remerciements vont également à l’ensemble de la Communauté internationale pour l’appui matériel et financier, pour l’appui politique ayant conduit à la création de la MISMA et permis l’opération SERVAL, et pour les efforts en cours en vue de transformer la MISMA en une force des Nations Unies.

 

Mesdames et Messieurs,

Pour finir, je voudrais réitérer le souhait du Gouvernement du Mali de voir la réunion de ce jour servir de tremplin à la réussite de la Conférence de Bruxelles prévue le 15 mai 2013.  

Pour sortir de la crise et amorcer son développement durable, le Mali a besoin et compte sur l’appui technique et financier de de la communauté internationale.Il reste entendu que pour l’atteinte de cet objectif,  l’ensemble du peuple malien demeure engagé pour jouer sa partition pleine et entière. De plus, le Gouvernement s’engage résolument à honorer tous ses engagements vis-à-vis de la Communauté internationale pour laquelle le Mali restera à jamais reconnaissant, notamment l’organisation en juillet 2013 d’élections libres, démocratiques et transparentes.

 

Je vous remercie de votre attention.

You are here: Home News Rencontre d’information et de sensibilisation sur la Conférence Internationale « Ensemble pour le Renouveau du Mali »: INTERVENTION DU MINISTRE DE L’ECONOMIE DES FINANCES ET DU BUDGET, Monsieur Tièna COULIBALY